Accueil » A la une » Antananarivo – Des inondations historiques
A la une Social

Antananarivo – Des inondations historiques

Ambohimanarina  hier matin.

Du jamais vu. Il faut peut-être remonter à 1959 pour voir la même ampleur des inondations subies par la capitale en ce mois de janvier. Le cyclone Ana restera dans les annales comme étant celui qui a fait plus de dégâts que tous les autres cyclones dont les noms sont restés gravés dans la mémoire comme Danaë, Eugénie, Géralda, Honorine, Kamisy….

Ana n’était pas aussi dévastateur que cela par sa puissance mais en 24 heures, il a apporté la précipitation d’une année. Du coup, la ville d’Antananarivo déjà défigurée par les remblais sauvages, s’est trouvée incapable d’ingurgiter cette soudaine quantité d’eau alors que les éboulements se multiplient davantage faisant plusieurs victimes.

En périphérie, la côte d’alerte de l’Ikopa et du Sisaony a été nettement dépassée . Les riverains ont dû être évacués en catastrophe par le BNGRC dans la soirée. Plusieurs centaines d’hectares de culture ont été immergés et probablement perdus.

À Moramanga, les crues ont eu raison de la résistance d’un pont coupant la RN2. La voie ferrée est également endommagée. Plusieurs camions sont bloqués au niveau de Moramanga. Du coup l’approvisionnement d’Antananarivo risque de poser problème. Le ministère des Travaux publics a déjà commencé les travaux de réhabilitation pour rétablir la circulation dans les meilleurs délais.

L’économie aura du mal à se relever de cette catastrophe naturelle qui vient aggraver la situation déjà compliquée par la Covid-19. La nouvelle année commence mal.

La chaussée s’écroule sous un poids lourd à Moramanga.
L’eau a endommagé la voie ferrée à Moramanga.
À Anosizato on en profite pour faire la lessive.

 

Au By pass, un nouveau bar a trop bu.

 

À Ambohitrimanjaka , les rizières ont disparu

 

À Ankasina le pont en bois risque de s’écrouler.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter