Accueil » Economie » SYSTÈME DE NAVIGATION PAR SATELLITE – Un projet qui progresse
Economie

SYSTÈME DE NAVIGATION PAR SATELLITE – Un projet qui progresse

Réunion avec les fournisseurs SBAS à Antananarivo du 2 au 4 novembre 2022.

Ciblant en premier le secteur de l’aviation, le Satellite-based Augmentation System (SBAS) devrait aussi accompagner le développement d’autres secteurs comme l’agriculture.

Le SBAS est un système de navigation par satellite qui complète et renforce les services fournis par les constellations de satellites de base de navigation et de positionnement par satellite. Ce système offre à ses usagers un service plus fiable avec plus de précision et un haut niveau d’intégrité. Ces applications ne se limitent pas à la navigation aérienne ou au transport aérien, mais profitent aussi à plusieurs secteurs d’activités telles que les transports terrestres, maritimes, ferroviaires, voire d’autres disciplines plus larges comme l’agriculture, la cartographie, etc. Force est cependant de constater que c’est le secteur de l’aviation qui s’intéresse particulièrement à ce système.

Du moins pour le moment Pour rappel, l’Agence pour la Sécurité de la Navigation Aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA) a signé un contrat avec la société Thales Alenia Space en février 2019. Le deal portait sur la réalisation de l’étude préliminaire de définition de l’architecture (phase B) de son programme de services de renforcement satellitaire. Il a été expliqué à cette occasion que le SBAS de l’ASECNA est fondé sur le programme européen baptisé « EGNOS » et vise, conformément à son Plan d’Orientations Stratégiques (POS), à renforcer les opérations de navigation et de surveillance au cours de toutes les phases de vol, et à améliorer ainsi de manière significative et durable la sécurité et l’efficacité des vols dans sa zone de responsabilité. Ces services sont appelés à augmenter les performances de positionnement fournies par les constellations existantes de navigation par satellite, comme le GPS ou Galileo.

La précision, ramenée à l’ordre du mètre, l’intégrité, la disponibilité et la continuité de services seront améliorées et garanties pour les applications liées à la sécurité. Il a aussi été souligné que l’étude doit permettre aux Etats membres de l’ASECNA de définir la meilleure option de l’architecture qui soutiendra la fourniture de ses services SBAS, et de disposer d’une visibilité complète sur les phases suivantes de développement, de déploiement et d’exploitation.

L’étude a été financée par une subvention du Fonds Fiduciaire pour les Infrastructures (FFI) Afrique – Union européenne, mise en œuvre dans le cadre d’une convention de financement avec l’Agence Française de Développement (AFD). Sa gestion technique a bénéficié de l’assistance de la Commission Européenne et de l’Agence du GNSS Européen dans le cadre de l’accord international liant l’ASECNA à l’Union européenne, et également du Centre National des Etudes Spatiales (CNES). L’étude a été programmée pour s’étaler sur 18 mois.

Neuf fournisseurs recensés

En avril 2020, Thalès a annoncé que le point clé d’architecture de l’étude du système de navigation par satellite pour l’Afrique et l’Océan Indien a été conclu et a permis de valider l’architecture et la couverture géographique du système. « Ces services permettront, à partir de 2022, d’augmenter les performances de positionnement fournies par les constellations de navigation par satellite existantes. La précision, la disponibilité ou encore la continuité de services seront améliorées et garanties pour les applications liées à la sécurité », a -t-on aussi indiqué avant de noter que d’autres secteurs d’activités économiques bénéficieront aussi de ces services qui sont essentiels pour accompagner la relance post-covid, l’efficacité économique et le développement durable.

Du côté de l’ASECNA, on a tenu à préciser qu’au-delà de la définition de l’architecture qui soutiendra la fourniture des services SBAS, l’étude a permis également aux Etats membres de l’organisation de disposer d’une visibilité complète sur les phases suivantes de développement, de déploiement et d’exploitation du système SBAS pour l’Afrique et l’Océan Indien. Et au cours de la première semaine de ce mois de novembre, Madagascar a abrité la 37ème réunion du Groupe de Travail sur l’interopérabilité des systèmes de renforcement satellitaire (SBAS IWG).

Selon les organisateurs de l’événement tenu à Antananarivo, la rencontre a été un cadre d’échanges avec les fournisseurs de services SBAS afin de partager et d’apprécier les expériences de chacun pour trouver des solutions techniques durables, fiables et efficientes dans l’optique de rendre les avantages du SBAS profitable à tous les pays. À ce jour, on compte 9 fournisseurs SBAS dans le monde à savoir : les États-Unis, la Chine, le Japon, l’Inde, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, la Corée, l’Union européenne, la Russie et Anga (pour l’Afrique par l’ASECNA).

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter