Accueil » Régions » DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL PISCICOLE – Production de trente kilos de tilapia à Amparahigidro
Régions

DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL PISCICOLE – Production de trente kilos de tilapia à Amparahigidro

Une première production encourageante pour les pisciculteurs. L’élevage de tilapia s’est développé dans le bassin d’Amparihigidro dans la commune rurale de Belobaka, du district de Mahajanga II. La première production de tilapias récoltée par l’Association idéale pour le développement de l’économie régionale (Aider), samedi matin, est de trente kilogrammes. Un tilapia pèse même jusqu’à 200 grammes. Le directeur régional du développement rural (DDR) de Boeny, Marcellin Randriambololona, est descendu sur place pour assister à la collecte des premières récoltes. « L’élevage de tilapia est une priorité de la région Boeny. Ce projet permet d’assurer des emplois décents et l’autosuffisance alimentaire, ce qui contribue à la réalisation des 6e et 9e engagements du président de la République. La région soutient les agriculteurs et les paysans ainsi que les projets piscicoles qui s’inscrivent dans le cadre du développement de Boeny. Les engins sont mis à la disposition des associations pour les aider à creuser les bassins », déclare le DDR. « L’association Aider a bénéficié du soutien de la région qui a mis à notre disposition les engins pour creuser les bassins depuis le 14 mars. Nous rendons grâce à Dieu et nous sommes reconnaissants envers le gouvernorat et la région Boeny.

C’est notre première moisson », indique Luc Faliarivo Raminosoa, président de l’association Aider. La superficie totale de l’élevage de tilapia est de 3400m2. Le site est réparti en treize bassins, dont sept d’une superficie de 200m2 chacun, destinés, en particulier, à l’élevage de poissons. Quatre autres bassins sont destinés pour la ponte et deux autres pour la stabilisation ou l’amélioration des rendements. Au début, la production a été de dix mille alevins par semaine. Une technique traditionnelle a été appliquée pour obtenir davantage de rendement, dans la production des alevins mâles. Les poissons mâles se développent plus rapidement que les femelles. La méthode biologique est pratiquée : des testicules de chèvres sont broyés et mélangés dans l’alimentation des poissons.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter