Accueil » Politique » ASSEMBLEE NATIONALE – L’opposition houspille la ministre Rabarinirinarison
Politique

ASSEMBLEE NATIONALE – L’opposition houspille la ministre Rabarinirinarison

La ministre Rabarinirinarison a passé un mauvais quart d’ heure hier à l’Assemblée nationale.

Un mauvais quart d’heure. C’est ce qu’a littéralement vécu Rindra Hasimbelo Rabarinirinarison, ministre de l’Economie et des finances, lors de la présentation générale du projet de loi de finances 2023, devant l’Assemblée nationale. D’abord, la séance d’hier, n’a duré qu’environ quinze minutes.

Le grand argentier de l’Etat a été concis dans son intervention, en effet. En principe, une réplique ou des questions des députés n’étaient pas au programme. Seulement, déroger au plan de déroulement d’une séance plénière, préalablement établie, est la règle à la Chambre basse. La ministre de l’Economie et des finances s’y est, visiblement, préparée. De prime abord, elle et ses équipes ont, également, anticipé la question qui allait être posée, surtout par les députés d’opposition. La membre du gouvernement n’a vraisemblablement pas prévu qu’elle allait devoir faire face à de virulentes invectives.

Une partie des membres de l’Assemblée nationale ont pesté contre “le retard du dépôt et de la mise à disposition du projet de loi de finances”. C’est la députée centriste Eléonore Johasy, élue à Vangaindrano, qui a soulevé le débat en demandant au grand argentier de l’Etat les raisons de ce retard. En réponse, Rindra Hasimbelo Rabarinirinarison a affirmé qu’après son adoption en conseil des ministres, le 25 octobre, le texte a été déposé à la Chambre basse, le 28 octobre. Cette réponse de la ministre a attisé l’ire du député d’opposition Fidèle Razara Pierre. “Ne nous mentez pas. Arrêtez de nous mentir.

Nous sommes tous des adultes ici, alors un peu de respect. Ce texte n’a pas été déposé ici, à l’Assemblée nationale le 28 octobre”, vocifère-t-il. Une intervention soutenue par des clameurs de ses camarades au sein de l’opposition, mais pourtant contestée par les députés de la majorité et leurs alliés.

Accusé de réception

Face à la presse, à l’issue de la séance plénière, la ministre Rabarinirinarison assure que le projet de loi de finances 2023, a bel et bien été déposé à l’institution de Tsimbazaza, le 28 octobre. “Le ministère a obtenu un accusé de réception en bonne et due forme. Pour le reste, nous n’entrons pas dans l’organisation interne de l’institution”, défend-elle. Devant la presse, également, Eléonore Johasy persiste et signe, pourtant. Elle affirme que le texte n’a été mis à disposition des députés que la semaine dernière.

L’élue de Vangaindrano ajoute que si le texte a été remis à l’Assemblée nationale en fin octobre, comme affirmé par le grand argentier de l’Etat, “il n’y a eu que l’exposé des motifs, le corps du texte et le Tome I, et non pas le texte au complet”. Le député Naivo Raholdina, membre du groupe parlementaire “Isika rehetra miaraka amin’i Andry Rajoelina” (IRD), assène pourtant que “le projet de loi de finances a bel et bien été déposé à l’Assemblée nationale le 28 octobre. Ceux qui l’ont obtenu tardivement sont les absentéistes”. S’adressant à la presse, également, le député Marco Tsaradia, du camp de la majorité, lui aussi atteste que le projet de loi de finances 2023 a été déposé à la Chambre basse, le 28 octobre. Au perchoir de l’institution de Tsimbazaza, sa présidente, Christine Razanamahasoa, a également demandé à ceux qui avaient des doutes sur le moment où le texte budgétaire y a été déposé, de vérifier auprès du bureau des courriers.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Ce régime avec son supermenteur « manarapenitra » a toujours brillé par des mensonges éhontées et sans vergogne . Cette ministre ne fera pas implorer par sa petitesse en honnêteté et en népotisme archiconnus . Il n’y a que dans une république bananière qu’on fasse le forçing par injonction pour l’adoption d’un budget au niveau du parlement . On ne fera pas grand cas de ces députés de la majorité qui sont de vrais tocards . Maintenant sur le fond avec ses promesses électorales de Mamimbahoaka le PEM n’a pas à être financé par le budget de l’état et … les aides budgétaires des bailleurs de fonds sinon il y a un flagrant mépris de l’orthodoxie financière piétinant la bonne gouvernance . Rien qu’à voir la part d’augmentation de 35% de la présidence et de 38% du ministère de la culture dans cette LFI 2023 démontre bien les preuves irréfutables que le grand champion ne pense qu’à être réélu avec une part importante de l’argent public pour sa campagne électorale .