Accueil » A la une » Coronavirus – Retour aux gestes barrières obligatoires
A la une Politique

Coronavirus – Retour aux gestes barrières obligatoires

Depuis  la  levée  de  l’urgence  sanitaire,  le port  du  masque n’est  plus  respecté  dans  les  rues  de  la  ville.

Un arrêté préfectoral rétablissant l’obligation du respect des gestes barrières a été pris, hier. Une décision pour éviter l’explosion des nouveaux cas de contamination à la Covid-19.

C’est reparti pour un tour. Le respect des gestes barrières sera à nouveau obligatoire à Antananrivo, et plus largement dans la région Anala­manga, à partir d’aujourd’hui. Le général Angelo Ravelona­rivo, préfet de police d’Anta­nanarivo, a pris un arrêté préfectoral dans ce sens, hier.

Expliquant sa décision à la presse, le général Angelo Ravelonarivo a indiqué que l’arrêté qu’il a pris, hier, est co-acté par les autorités d’Analamanga, notamment, le gouvernorat de la région et celle de la capitale. «Les opérations de mise en application de cet arrêté commenceront demain [aujourd’hui] puisque les Forces de défense et de sécurité (FDS), n’en seront notifiées que maintenant», indique le préfet de police d’Antananarivo.

Dès aujourd’hui donc le port du masque sera obligatoire même dans les lieux publics. «Tous ceux qui sortent de chez-eux doivent porter un cache-bouche. Sans quoi, ils seront invités à rentrer pour en chercher, ou en acheter», déclare le général Ravelona­rivo. Il explique ses propos en indiquant que durant trois semaines, les FDS vont s’employer à rappeler que le respect des gestes barrières sont de nouveaux obligatoires. «A partir de la quatrième semaine, ceux qui transgressent les règles sanitaires seront sanctionnés»,ajoute le préfet de police.

Barrage sanitaire

Outre les lieux publics,le port du masque est obligatoire dans tous les établissements administratifs, les banques, les lieux de cultes et autres espaces clos. Le nombre de quatre par rangée dans les Taxibe est, également, réaffirmé.

Depuis la levée de l’urgence sanitaire, la plupart des habitants de la capitale et de ses environs ont jeté aux oubliettes les gestes barrières. Ceci bien que les autorités ont toujours rappelé que le virus circule toujours. Dans les réunions publiques, les cultes, les spectacles, ou encore, les after work, les distanciations sociales et le port de masque ne sont plus que de lointains souvenirs. Le préfet de police d’Antanana­rivo reconnaît, toutefois, que limiter le nombre de participants à une réunion publique, l’accès à des événements publics, n’est pas de sa compétence.

«C’est une prérogative du conseil des ministres», souligne le préfet de police d’Anta­nanarivo. Le général Angelo Ravelonarivo ajoute, cependant, «nous pouvons imposer le port du masque dans tous les événements publics». Le préfet de police d’Antananarivo affirme sans ambages que l’arrêté pris hier, a été déclenché par la résurgence des nouveaux cas de contamination au coronavirus.

Antananarivo figure dans la liste des localités où de nouveaux cas sont recensés. L’objectif est clair pour les autorités de la capitale et de la région Analamanga, éviter une nouvelle explosion des contaminations. Le général Angelo Ravelonarivo a même avancé l’idée d’une réinstallation des «barrages sanitaires»,aux entrées de la région Analamanga, le cas échéant, «afin de protéger ses habitants». Le préfet de police d’Antananarivo ajoute, néanmoins, que cette décision sera prise selon l’évolution de la situation communiquée par les responsables du ministère de la Santé publique.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter