A la une Culture

Jardin d’Andohalo – La Haute-Ville vibre en hommage à Fafah

Une grande veillée funèbre en hommage à Fafah au jardin d’Andohalo. On y a été nombreux à honorer la mémoire de cet artiste éminent.

Emouvant et chaleureux, tout en reflétant cette fraternité unique qui lie le groupe Mahaleo au peuple, c’est un vibrant hommage à ce chanteur intemporel qu’est Faman­tanantsoa Andriamihango Rajaonarison dit Fafah qui a égayé ce lieu mythique qu’est le jardin d’Andohalo hier soir. Un lieu symbolique qui regorge d’histoire pour le groupe, car c’est là même que Fafah, Dama, Bekoto, Dadah, Charles, Raoul et Nono ont chantonné leurs premières compositions ensemble. Qu’il pleuve ou qu’il grêle, rendez-vous y était donné en début de soirée, hier, par tous les inconditionnels de tous horizons de ce groupe de légende pour faire le deuil de Fafah, mais surtout pour festoyer une dernière fois avec lui. « Ce soir est un moment vraiment particulier pour nous, car c’est une occasion privilégiée de pouvoir vous dire à quel point on aimait Fafah et à quel point il nous manquera. Il est et restera pour moi cette voix exceptionnelle qui ne cesse de m’émerveiller et qui ne cessera d’éblouir mon cœur », confie Dama rempli d’émotion, lui qui s’est fait assez discret jusque-là y officie, d’ailleurs, comme maître de cérémonie. À ses côtés, plusieurs sommités de la scène musicale se retrouvent, notamment Mahery du groupe Johary, Silo, Mbola Talenta du groupe Zandry Gasy ou encore Samoëla et même le groupe Tempo Gaigy.

Nostalgique et convivial

De part et d’autre de la Haute-Ville, la musique résonne et les chansons de Mahaleo font écho pour animer la place, le folklore qui émane des compositions du groupe transcende tous ceux qui y ont répondu présent. Dans le lot, Dadà, chanteur du groupe RaTalata se distingue particulièrement par sa grande maîtrise de la voix de Fafah, de quoi nous donner même la chair de poule. D’une manière anecdotique, Bekoto lui se plait à égayer la soirée de quelques histoires concernant le groupe « Comme vous le savez, Fafah habite dans le quartier et c’est chez lui qu’on posait nos besaces quand on passait en ville. Pour ne pas déranger ses parents, lorsqu’on répétait, on venait alors ici pour chanter à tue-tête nos chansons et c’est avec émotion qu’on remet ça avec vous ce soir ». A l’unisson, on chantait alors avec Dama et Bekoto, ainsi que les artistes présents les chansons comme « Raha ho avy Ralala », « Tany tokana » et « Bon voyage ». Un peu plus tard, Tempo Gaigy emmené par Pôpol le fils de Bekoto et Faniry, nous ravit aussi d’une reprise festive à la guitare de « Vololona ». Prenant par la suite les allures d’une scène ouverte, chaque artiste présent s’y relaye tout au long de la nuit. Prémices de ce qui s’annonce aujourd’hui au palais des Sports et de la Culture Mahamasina, la soirée d’hier au jardin d’Andohalo a su pleinement émouvoir à travers la solidarité dont chacun a fait preuve à l’égard du groupe Mahaleo. « Tsy maty aho akory fa mbola matory » (Je ne suis pas mort, mais juste endormi) chante Dama, comme pour nous rappeler à quel point Fafah reste immortel dans le cœur de ses fans.