Accueil » A la une » SANTÉ PUBLIQUE – De plus en plus de jeunes meurent de l’insuffisance rénale
A la une Santé

SANTÉ PUBLIQUE – De plus en plus de jeunes meurent de l’insuffisance rénale

Annie avait effectué des séances de dialyse, en attendant, son greffe d'organe qui n'aura jamais lieu.
Annie avait effectué des séances de dialyse, en attendant, son greffe d'organe qui n'aura jamais lieu.

Les victimes de l’insuffisance rénale chronique s’enchaînent. La maladie touche de plus en plus de jeunes.

L’UNE des dernières victimes de l’insuffisance rénale chronique se prénommait, Annie, âgée tout juste de 25 ans. Sa famille a demandé de l’aide financière pour l’envoyer en Inde, pour une transplantation rénale. Annie n’a pas pu attendre cette greffe. Elle meurt, le 20 septembre, quelques mois après le diagnostic de sa maladie. « Elle a débuté les séances de dialyse, il y a trois mois . Malheureusement, mardi vers 1 heure du matin, elle perd connaissance, et succombe deux heures après », raconte son oncle, Seta Andrianaly, hier.

L’insuffisance rénale a tué plusieurs jeunes de la vingtaine, de la trentaine et de la quarantaine d’années, ces derniers temps. Volana, étudiante en 5e année de Médecine, du même âge qu’Annie, perdait la vie, à la fin du mois d’août, suite à l’insuffisance rénale chronique en phase terminale, détectée cette année. Aina, mère de deux enfants, décédait à l’âge de 29 ans, en 2020, quelques mois après la détection de sa maladie. Tojo, un ancien agent de sécurité, meurt au mois de mai, à l’âge de 30 ans. Mamy Patrick Solofonirina, pilote de rallye, tire sa révérence, au début du mois de septembre. Dans les hôpitaux, des jeunes e t même des enfants effectuent des séances de dialyse. Ils ne sont pas cependant nombreux, par rapport aux personnes de la tranche d’âge de 40 à 50 ans, qui présentent la majorité des personnes atteintes de cette maladie rénale.

Sonnette d’alarme

Pour le cas d’Annie, l’insuffisance rénale serait la séquelle de la maladie à coronavirus, dont elle avait souffert. « Son médecin avait dit que ses reins ne fonctionnaient plus normalement après la Covid-19. Cela s’est terminé par l’insuffisance rénale chronique, en phase terminale », relate l’oncle de la défunte. L’origine de la maladie est autre chose, pour Volana. « Elle avait déjà souffert d’inflammation au niveau de reins. Puis, elle a attrapé une fièvre typhoïde qui l’avait poussée à prendre de la tisane. La tisane a aggravé sa maladie », raconte sa collègue.

Les médecins tirent la sonnette d’alarme sur le danger de la consommation démesurée de la tisane. Il s’agit du principal ennemi des reins. Le professeur Willy Randriamarotia, néphrologue au centre hospitalier universitaire Joseph Raseta Befelatànana, encourage, par ailleurs, le contrôle systématique du diabète et de la pression artérielle. « 50% de nos patients souffrent de ces maladies chroniques qui sont responsables, dans la majorité des cas, de l’insuffisance rénale.», souligne-t-il. Chez les plus jeunes, des infections pourraient provoquer cette maladie qui est, souvent, mortelle.

Le problème avec l’insuffisance rénale, c’est qu’elle n’est détectée, qu’en phase terminale. D’où le nombre élevé de personnes qui en décèdent. Le professeur Willy Randriamarotia recommande la reprise des visites scolaires et des visites d’embauche, avec plus de rigueur, pour détecter la maladie, précocement. « La présence de protéines dans l’urine, par exemple, est déjà un signe annonciateur d’un problème au niveau du rein. », indique-t-il.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Il ne faut pas oublier que cette merde qu’est le CVO avec son principe actif l’artémisinine aux doses importantes recommandées n’est pas sans conséquence sur le foie et les reins . A t-on oublié que notre Mamimbahoaka a déclaré obligatoire sa prise en milieu scolaire en début de la pandémie et les réticents qui s’informent sont traités d’ennemis de la nation . Il répondra tôt ou tard donc devant l’histoire de son obscurantisme et de son irresponsabilité avec tous ces décès à la pelle de février 2020 à juin 2020 en retardant volontairement la campagne de vaccination COVID . Et on retiendra ses ignominies pour les familles avec les  » fasan’ny firaisam-po  » !