Faits divers

Usage de gyrophare : Un directeur reçoit un rappel à l’ordre

Bon exemple. La photo d’un véhicule portant une plaque rouge utilisant son gyrophare a circulé sur les réseaux sociaux, hier. Le ministère de la Santé publique a réagi face à l’utilisation de gyrophare par l’un des directeurs de département du ministère. Une déclaration avec cachet du ministère a été publiée sur sa page pour confirmer que la voiture Toyota Land Cruiser V8 portant le numéro 8900WWT appartient bien au ministère. Cette voiture s’est servie de son gyrophare sur la rue d’Ampefiloha à 6 h20. Le directeur concerné a été convoqué. Il a reçu un rappel à l’ordre et a couché sur papier son engagement à ne plus utiliser le gyrophare. Le ministère s’est excusé auprès du public dans cette déclaration pour le désagrément que cela aurait pu causer auprès des usagers de la circulation.

L’une des dispositions prises par le Premier ministre Christian Ntsay dans la reprise de son poste était l’interdiction de l’usage de gyrophare pour les membres du gouvernement. Dans le rapport du conseil de gouvernement, le 25 janvier 2019, il a réitéré l’interdiction formelle pour tout membre du gouvernement d’utiliser le gyrophare et de rouler en sens interdit dans ses placements.

Tous les véhicules des départements ministériels portant des plaques rouges doivent suivre cette disposition. En 2017, la police a déjà lancé une opération face à l’usage abusif des gyrophares. Seules les voitures prioritaires, à savoir les ambulances, les véhicules d’intervention des services de la police et de la gendarmerie et les pompiers, sont censées utiliser des avertisseurs. Ceux qui enfreignent la loi peuvent être sanctionnés. « Il faut d’abord définir si la personne est habilitée à lancer des gyrophares. L’usage de gyrophare par une personne non habilitée est classé usurpation de titre ou de fonction en matière de droit commun. C’est au tribunal d’appliquer les sanctions », explique une source auprès du cabinet du ministère de la Sécurité publique.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter