Politique

Lettre présidentielle : Rajoelina exige des résultats probants et rapides

Le président Rajoelina presse ses ministres à fournir des résultats tendant vers l’accomplissement de ses promesses présidentielles. Les méthodes de travail sont à revoir.

Vite et bien. Ce sont les mots clés de la lettre de Andry Rajoelina, président de la République, lue durant le conseil des ministres d’hier, à Iavoloha. Une missive où le chef de l’État exige du gouvernement et de l’ensemble de l’administration, des résultats rapides, probants et impactant directement sur le quotidien de la population.

« Transformer Madagascar et rattraper en cinq ans, les retards cumulés dans le développement du pays. Telle est ma vision de l’émergence, voilà le but que nous devons impérativement atteindre. Cette vision doit devenir une réalité. Elle doit se traduire en actions et projets concrets (…) perceptibles à l’échelle nationale et avoir des impacts sur le quotidien de chaque citoyen », attaque d’entrée la lettre du locataire d’Iavoloha.

Un changement drastique dans la conduite des affaires étatiques, une cadence de travail plus intense devant aboutir à des résultats concrets et d’intérêt général, mais aussi, ressenti directement par les ménages, sont les consignes présidentielles. Le renforcement des projets sociaux est, notamment, souligné. Le chef de l’État y concède, du reste, que les attentes de la population sont grandes, notamment, face à ses engagements de campagne.

Mise au point

« Le temps est compté. Les attentes de nos concitoyens sont grandes. J’ai formulé des engagements à travers treize « Velirano ». Ils ont été intégrés à la Politique générale de l’État. Nous sommes chargés de la mettre en œuvre chacun en ce qui nous concerne », lance le locataire d’Iavoloha. Sa missive met, par ailleurs, à l’index « les actes superficiels, brouillons, juste dans le but de récolter des bénéfices personnels ».

Face au gouvernement, le président de la République déclare ainsi, « nous devons rompre avec les mauvaises habitudes, la culture du non-résultat et du faire semblant, des faux résultats et des résultats de façade destinés à falsifier l’évaluation ou les rapports (…) par peur de perdre la face sinon de devoir abandonner sa place (…) ». Il requiert ainsi que « le fonctionnement de l’administration doit être en perpétuelle adéquation et en phase avec les objectifs fixés dans la PGE (…) ».

Andry Rajoelina égratigne, également, les axes d’affectation des « dotations », internationaux plus portées sur le volet institutionnel. « Désormais, elles doivent être affectées à la contribution des infrastructures (…). Les projets financés doivent créer des externalités positives sur les activités économiques. Nous devons avoir une capacité de négociation, de persuasion auprès des bailleurs, pour choisir les projets utiles à la population », plaide-t-il.

La lettre d’hier, sonne comme un recadrage à l’endroit de l’équipe gouvernementale, quelques semaines après sa reconduction au motif de mener à terme son contrat-programme. Seulement, ces derniers jours, l’Exécutif est dans le dur et, comme l’esquisse la missive du chef de l’État, la concrétisation à vitesse grand V de ses promesses de campagne se fait attendre. Ce qui a, visiblement, nécessité une mise au point présidentielle. « Nous allons aller loin ensemble, mais nous devons aller vite », a-t-il conclu.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • lors d’un nouveau gouvernement les promesses faites lors de la campagne doivent l’etre les 2 PREMIERES ANNEES le reste du mandat rien ne se fait