Faits divers

Kidnapping : Un Français armé et son compère arrêtés

Au début du mois, une organisation criminelle a commis un rapt à Ankadivato. Un Français d’origine indienne et un Malgache ont été arrêtés.

Une traque de ravisseurs en cavale bat son plein. Suivis à la trace par les limiers des forces de la gendarmerie, un ressortissant français d’origine indienne et son comparse malgache se sont fait arrêter à Fianarantsoa, en fin de semaine. Le Français est soupçonné d’avoir tiré les ficelles dans un rapt contre rançon perpétré en plein Tana, dans le quartier d’Anka­divato. Les faits remontent au lundi 5 août. L’enlèvement a bel et bien été commis, bien qu’il n’y ait pas eu de retentissements à la presse. Les journaux, ainsi que la presse audiovisuelle ont à peine effleuré, voire escamoté ce fait-divers. Toutefois, la gendarmerie nationale de Tana ville a ouvert une enquête, de son côté.

Lors des investigations ayant été diligentées, l’étau s’est resserré autour du ressortissant français soupçonné d’être le cerveau du rapt, ainsi que son acolyte, pris dans les filets de la gendarmerie nationale, lors de la double arrestation récemment effectuée à Fianaran­tsoa.

Sur base de renseignements , les limiers ont retrouvé les traces des deux suspects en fuite. En scrutant les indices qu’ils ont rassemblés, les gendarmes ont réussi à remonter de fil en aiguille jusqu’à l’endroit où les deux individus incriminés ont tenté de se réfugier.

Munitions artisanales

Suivis à la trace et tenus à l’œil, ils se sont fait coincer par surprise par des éléments de la Circonscription Inter-Régionale de la Gendar­merie Nationale (CIRGN) à Antananarivo.

Lors de l’arrestation, une arme de poing de marque Pietro Beretta de calibre 7 , 6 5 millimètres a été retrouvée sur le Français d’origine indienne. Une quarantaine de munitions a été, dans la foulée, découverte. D’après les informations recueillies, certaines des cartouches prises en possession du suspect sont de fabrication artisanale. Les enquêteurs travaillent pour remonter jusqu’à leur provenance et démasquer, dans la foulée, ceux qui pourraient se trouver derrière, dans cette affaire de munitions illicites.

Les deux individus arrêtés ne sont pas étrangers des forces de gendarmerie. Le duo est dans le collimateur des enquêteurs qui le s connaissent sous plusieurs sobriquets.

3 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Bravo pour votre professionnalisme?, mettre en exerbe la nationalite Francaise montre le degre du peu de serieux du redac chef double d »un peu ? de racisme , n »aurait il pas ete plus «  »correcte » » et PRO de ne pas avancer la nationalite? toute personne ayant un minimum de connaissance de la vie a Madagascar sait que les Francais d »origine indienne profitent de cette anomalie pour faire du pognon dans l »espace Shengen , il est vrai que vous devez faire profil bas pour votre journal vu la PUB que les Karana paient. Bonne lecture . Veloma

  • A Seth Andriavitsihasina,
    Par votre qualificatif accordé à cet indien de nationalité française cité à maintes reprises dans cet article, vous trahissez votre ressentiment de racisme envers les français. Dans votre petite cervelle, les malagasy et les karana sont des gens vertueux contrairement aux français, qui seraient pour la plupart des gangsters. Par les tournures de vos phrases, vous comptez faire un scoop. Malheureusement, c’est raté.!
    Pauvre journaleux.!!!

  • A Anhuro et à Eustache.
    J’ai eu le même sentiment que vous, mais le « journaliste » sait ce qu’il fait, la preuve : mettre « Français » (ou « Vazaha » ou « étranger »), eh bien ça fait vendre. L’article est en tête au nombre de lecteurs, deux fois plus que le suivant !
    M’étonnerait pas en outre que ce Karane ait également la nationalité malgache, mais ça…