Politique

Détention : Le taux de population carcérale atteint 200 %

Une enveloppe budgétaire pour construire des prisons. Sans que le montant ne soit révélé, un projet de construction pour assurer une capacité d’accueil de dix mille détenus par an est requis pour le milieu carcéral. En conférence budgétaire pendant toute la journée d’hier au Centre Social Arruppe Faravohitra, quarante-cinq responsables au niveau de l’administration pénitentiaire se sont concertés pour affecter des moyens à la construction de nouvelles prisons. « Les détenus deviennent une charge importante et leur surnombre rend difficile la cohabitation entre eux dans les prisons. Soucieuse de cette complication du vivre-ensemble dans les prisons, l’administration pénitentiaire va opter pour la construction de nouveaux espaces permettant d’accueillir les détenus, selon les normes et dans le respect des droits humains. Madagascar promeut le respect des droits de l’Homme et organise du travail pour les détenus qui en sont aptes. Les travaux forcés, comme sentence prononcée, n’existent pratiquement pas. La réalité c’est que les maisons de force ne disposent pas d’espace où on peut mettre les détenus au travail », explique Harena Abeline Rahantaharilalao, Directrice des programmes et des ressources pénitentiaires au niveau du ministère de la Justice.

Le nombre croissant de détenus rend les prisons moins spacieuses. Les prisonniers s’entassent et au pire des cas, ils n’y font rien tandis que de nouveaux prisonniers y font leur entrée.

Solutions

Interrogée sur le fonctionnement de la main- d’œuvre pénitentiaire, Harena Abeline Rahantaharilalao d’avancer: « Le motif de sécurité comme prétexte empêche l’application de la peine de travaux forcés. Dans certaines localités, les détenus nettoient les mairies. Cette question de sécurité justifie la nécessité de construire de nouvelles prisons».

Des prisons pour quinze mille détenus répondent au besoin actuel de la détention car les prisons existantes sont construites à l’époque où la population de Madagascar a été de cinq millions d’habitants. Doubler le crédit affecté à l’administration pénitentiaire est requis. Le Premier ministre a officiellement annoncé la construction de nouveaux centres de détention dans des localités précises. « Le taux de population carcérale est maintenant de 200 %, il a donc doublé, et cette situation est à résoudre, raison de la conférence budgétaire réunissant les décideurs au sein de l’administration pénitentiaire. Il s’agit de mettre au point des actions conformes au but poursuivi par le Plan Emergence Madagascar transformé en politique générale de l’État », précise Harena Abeline Rahantaharilalao. Par rapport au nombre élevé de détenus non-jugés, cette dernière indique la concentration de l’administration pénitentiaire dans son travail de détention. Le jugement étant du ressort des juridictions, la détention préventive est cependant à l’origine de l’accroissement du nombre des détenus.

2 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter