Accueil » Actualités » Formation technique – Des réformes en perspective
Actualités Social

Formation technique – Des réformes en perspective

Un partenariat est établi pour assurer la formation profes­sionnelle des jeunes. Des réformes sont mises sur pied.   

Former pour insérer. « Le renouvellement des contenus de formation permettra une meilleure orientation professionnelle des jeunes », a indiqué Pierre Bèque, membre de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), dans un atelier qui a eu lieu à l’Hôtel Colbert récemment. Mais établir une réforme dans ce cadre nécessite plusieurs changements, entre autres, la capacité d’accueil, la restructuration et la mise en place d’une formation par alternance ainsi qu’une formation par apprentissage.
Pour ce qui est des établissements, un projet de réforme, dans le cadre de la politique nationale de l’emploi et de la formation (PNEFP) est déjà élaboré, d’après les explications de Christophe Andriatarinjaka, directeur des Établissements au sein du ministère de l’emploi, de l’enseignement technique et de la formation profession­nelle (MEETFP). Pour ce dernier, « cette réforme vise à augmenter significativement la capacité d’accueil des établissements, en faveur des jeunes et surtout des plus défavorisés. Cette augmentation passe par la restructuration des établissements existants. Elle passe également par la création progressive de nouveaux établissements, au moins un établissement d’enseignement technique et de la formation professionnelle (ETFP) par région et un centre de formation spécialisé par secteur stratégique ».
La mise en place d’une formation que ce soit par alternance ou par apprentissage requiert une gestion partenariale entre les apprenants et les entreprises. « Chaque dispositif de formation mettra en place  une cellule école-entreprise afin de faciliter l’insertion des jeunes », comme l’a expliqué Bernard Ravelosaona, directeur de l’Appui à l’insertion professionnelle des jeunes et des sans emploi (DAIJPSE). Cette cellule est une sorte de plateforme qui dirige les jeunes à aller à l’encontre du milieu professionnel. « Le module de formation en entrepreneuriat insérée dans le cursus scolaire permet aux jeunes de créer leur propre entreprise, de valoriser la création d’emploi et de l’auto-emploi par la suite », reprend Pierre Bèque de l’AUF. Déjà, « un référentiel en culture entrepreneuriale est conçu actuellement, et sera inséré au programme scolaire d’ici la rentrée en octobre. Le but est d’obtenir une employabilité rapide et durable de nos jeunes », a indiqué de nouveau Bernard Ravelo­saona, directeur du DAIJPSE.
Rado Andriamampandry

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi