Region

Toliara – Une baleine contre la pollution marine

Quoi de mieux que cette baleine artificielle pour montrer le danger de la pollution marine par le plastique ?

Une fausse baleine à ossature métallique a été conçue à Toliara. Il s’agissait de sensibiliser les enfants sur le danger lié à la pollution plastique des mers.

Une grande première à Toliara. Vendredi dernier, une baleine géante en fil de fer a été exposée dans l’enceinte de l’entrepôt du ministère des Transports à Mahavatsy 1. La création, de plus de 12 mètres de haut, est porteuse d’un message écologique fort.
Cette baleine artificielle symbolise les animaux marins susceptibles de manger par ignorance des déchets plastiques. Financée par les deux sociétés de manutention portuaires, COMATO et SEMS, la campagne créative et engagée du projet PASSAT/WWH, œuvrant pour le recyclage des déchets, et de l’association Ceta-Mada, militant pour la protection des mammifères marins à Madagascar, avait pour but de sensibiliser le public aux dangers liés à la pollution des océans.
Les trente-sept écoliers issus de l’orphelinat « Nathanaël » se sont donnés à cœur joie pour remplir pendant une heure de temps ce mastodonte artificiel avec 4 850 bouteilles en plastique collectées.
Il a été expliqué à ces élèves que chaque année, pas moins de huit millions de tonnes de plastique (sacs, bouteilles, et emballages abandonnés) sont déversées dans les mers et océans, provoquant la mort de milliers d’animaux marins. L’ingestion de plastique nuit à la santé de ces animaux, car, dès fois, pour se nourrir, ils confondent les méduses et les sachets plastiques. En outre, il a également été démontré que les toxines émanant du plastique ingéré nuisent à la reproduction et au système immunitaire.

Objectif atteint
La directrice de la Comato, Anita Cossettini, s’est adressée aux enfants, pour leur demander la conséquence de cette ingurgitation exagérée de bouteilles plastiques dans le corps du faux cétacé. Sans hésitation, ils ont répondu d’une même voix : « Elle va mourir, car on lui a fait trop avaler des tonnes de bouteilles en plastique ».
« Dites alors à vos parents et vos proches de ne plus jeter du plastique dans le mer », a-t-elle conclu.
Emile Bassin, éco-volontaire de l’association Ceta-mada, s’est également réjoui de cette initiative. « Avec cette campagne, nous souhaitons ouvrir les yeux des gens sur les conséquences de la pollution plastique sur les espèces animales, surtout ceux marins », a-t-il souligné.
« En général, l’objectif est atteint. Il ne reste qu’à espérer que cette œuvre parviendra à sensibiliser le maximum de personnes sur la pollution de nos océans », a expliqué Lucia animatrice du projet PASSAT/WWH.

Francis Ramanantsoa

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter