Opinions

Speed-Recruiting – La queue pour la recherche d’emploi

Des jeunes viennent aux « speed-recruiting ». En particulier celui au hall de l’Hôtel de ville à Analakely intéresse plus d’un.

Passage difficile. Passant d’un parcours orienté vers la réception de connaissances à l’obligation de trouver un travail par tous les moyens, plusieurs personnes sont à l’affût des « speed-recruiting » comme c’est le cas les 22 et 23 juillet dans le hall de l’Hôtel de ville d’Antananarivo.
« Je suis en quête d’un emploi rémunéré autour de 250 000 ariary. C’est le seuil de salaire me permettant de vivre avec mon enfant. Même la gestion de ce salaire sera
encore problématique car il faut une définition préalable des dépenses dès la réception du salaire », affirme la jeune maman de Sandratra, un bébé de huit mois.
Les proportions de jeunes hommes et jeunes femmes en situation de chômage sont similaires à voir leurs affluences respectives à chaque occasion de recrutement immédiat. Le speed-recruiting est choisi par les entreprises afin de détecter des aptitudes et compétences qui ne répondent forcément pas aux recrutements mais qui pourront bien répondre à un éventuel besoin en ressources humaines.
« L’âge et les qualifications académiques font souvent défaut chez les jeunes qui veulent décrocher rapidement un emploi. Le rôle revient à l’État de forger, à travers une législation, l’adéquation des formations professionnelles ou universitaires aux débouchés. Il ne suffit pas de caresser le terme employabilité. Ceci désigne la préparation d’un terrain propice à la mise en pratique des acquis théoriques », estime une consultante en gestion de carrière.

Variété d’emplois disponibles

Seize entreprises recrutent pour deux jours, dans le cadre du speed-recruiting organisé à l’Hôtel de ville. « La nombreuse présence de gens à la recherche d’emplois permet à notre entreprise d’enregistrer un taux record d’embauches immédiates à hauteur de 25%, un taux qui n’est jamais atteint en une journée si nous attendons des demandeurs d’emploi venir à notre siège. Parmi les personnes dont les dossiers répondent aux attentes de l’entreprise, la plupart d’entre elles n’ont jamais travaillé et entreront donc tout de suite en formation. Des entreprises privilégient la promotion du travail en offshore car c’est le domaine se rapprochant au mieux des capacités des jeunes désirant travailler », affirme Daniella Rebecca, chargée de recrutement auprès d’Ariane Études, entreprise spécialisée dans l’étude de marché et du conseil.
La mobilité professionnelle est de moins en moins perceptible en raison du marché saturé de l’emploi.
« Mille cinq cents personnes sont venues pour le premier jour de ce speed-recruiting, un chiffre pourtant prévu être le nombre total de visiteurs pour les deux jours. Plusieurs secteurs comme ceux de la banque, de la microfinance, de l’automobile, de l’informatique, de la communication, des centres d’appel attendent des jeunes à la recherche d’emploi. La variété des professions ne peut être découverte que lorsque les entreprises issues de domaines différents sont rassemblées pour proposer ensemble leurs offres d’emploi », indique Hajatiana Raveloson, gérante de Assidu Madagascar, entreprise organisatrice des deux jours de speed-recruiting.

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter