Accueil » A la une » Produits – Bio-Life prospecte des épices
A la une Economie

Produits – Bio-Life prospecte des épices

Bio-Life entretient une relation de confiance avec ses fournisseurs.

La société belge Bio-Life est en quête d’exportateurs d’épices certifiés bio et table sur des produits malgaches pour conclure des contrats avec de nouveaux partenaires fournisseurs.

Leur priorité est le curcuma en poudre bio (tiré à 5-10% de curcuminoïde) », a révélé dernièrement la Fédération des Chambres de Commerce et d’Industrie de Madagascar. Il s’agit ainsi des opportunités à saisir. Mais il faudra respecter les normes techniques requises pour se prévaloir du label bio. Souvent confondu avec ce qui est « frais ». Car BioLife est une référence mondiale en la matière.

Elle se présente comme un véritable pionnier dans le secteur de la nutrithérapie et de la phytothérapie biologique. En trente ans d’existence, elle devenue incontournable parmi les concepteurs et fabricants européens de compléments alimentaires naturels de très haute qualité. Bio-Life dispose aujourd’hui d’un laboratoire qui fabrique une large gamme de compléments alimentaires sous le nom de « Be-Life », distribués notamment à travers l’Europe et « basés sur une approche holistique de l’individu ».

Selon toujours les explications de cette entreprise, «les compositions de ses compléments alimentaires sont établies par son département recherche et développement, en collaboration avec le monde scientifique et médical, en tenant compte du rôle spécifique de chaque molécule dans l’organisme et sont garanties sans substances allergènes ni additifs ».

Avec ses fournisseurs, Bio-Life affirme « entretenir une relation privilégiée et de confiance est établie. D’autant que l’entreprise a une connaissance déjà poussée des atouts de la Grande île où elle travaille avec une de fournisseurs locaux triés sur le volet. C’est de Madagascar, par exemple, qu’elle importe les noix de muscade que son laboratoire transforme en infusion estampillée « Aromaflor ».

Madagascar conforte ainsi sa place sur ce créneau. En septembre 2016 déjà, l’usine Natema , Naturals Extracts Madagascar, une grande usine de transformation de girofle, a démarré ses activités du côté de Toamasina. Fruit d’une jointventure entre la firme suisse Givaudan et Henri Fraise, elle a nécessité 45 milliards d’ariary d’investissement.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter