Accueil » Faits divers » By-Pass – Des bandits armés ciblent les motards
Faits divers

By-Pass – Des bandits armés ciblent les motards

Le scooter volé lundi soir et dont le propriétaire a été agressé au couteau.

Des alertes sur la présence de bandits armés qui attaquent des motards, au By-pass Alasora se multiplient. Ils ont agressé au couteau un scootériste, lundi soir.

L’insécurité resurgit au Bypass Alasora. Des usagers de cet axe se plaignent d’avoir été victimes d’actes criminels opérés par un groupe de quatre scélérats.

« Ces bandits sont surtout présents à l’arrêt Vato situé à la déviation d’Ambohi­manandraisoa tous les soirs, à partir de 19 heures », renseigne un témoin.

Pas plus tard que lundi, à 19h30, « Quatre individus ont brutalement frappé à l’aide d’un couteau la tête d’un motocycliste. Heureusement que le casque l’a protégé du coup. Il n’a pas été blessé, mais il s’est fait voler son deux roues », relate la même source qui a aidé à aviser les proches de la victime.

Le crime s’est déroulé à une centaine de mètres du nouveau commissariat de la sécurité publique d’Alasora, entre deux ronds points où sont postés des policiers qui font la circulation.

Dans la même soirée, vers 20 heures, et sur le même tronçon, une autre victime a déclaré qu’un gang venait de l’intercepter et a emporté son scooter.

« Moi aussi, j’ai récemment été suivie depuis la partie de Filatex par quatre hommes conduisant trois motos, des Jog. C’était vers 18h30. Je me suis arrêtée à une station-service et j’ai attendu quinze minutes avant de répartir. Les quidams ont quitté les lieux en insultant. » raconte un autre témoin.

Les victimes font appel au ministère de la Sécurité publique pour diligenter une opération visant à mettre un terme aux agissements de l’escouade armée. La patrouille devrait être intensifiée de jour comme de nuit.

« Les malfaiteurs ne ciblent pas seulement les motocyclistes, mais également les automobilistes. Ils jettent des pierres et encerclent la voiture dès qu’on s’arrête. Cet endroit-là où on trouve des sculpteurs de pierre, jusqu’à Ambatonjara et Ambodivoanjo sont très dangereux, surtout la nuit. De plus, il y a peu d’éclairage public », affirme Mahefa Rafanomezantsoa.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter