Actualités Politique

58e anniversaire de l’Indépendance – Rajoelina et Ravalomanana aux abonnés absents ?

Le public ne verra pas Marc Ravalomanana à Mahamasina.

Les anciens chefs d’État sont invités à rehausser de leur présence la célébration de la fête nationale. Déjà pris par d’autres activités, Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana ne seraient pas présents à Mahamasina et à Iavoloha.

Pris ailleurs. Une partie des chaises réservées aux invités de la célé­bration de la fête nationale seront inoccupées. Des anciens chefs d’État conviés aux différentes festivités seront absents.
La courtoisie protocolaire, comme à l’accoutumée, invite les anciens dirigeants aux festivités de l’anniversaire de l’indépendance et des Forces armées. Toutefois, ces invitations du président de la République Hery Rajaonarimampianina, ont été déclinées l’année dernière.
Pour cette année, le même scenario est fort probable. Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana ne seront présents ni à Mahamasina ni à Iavoloha.
L’ancien président de la Transition, Andry Rajoelina a été absent de la scène politique pendant quatre années. Depuis janvier, il a marqué sa présence en multipliant les sorties médiatiques avec la conquête de popularité en toile de fond.
En l’absence de textes régissant les précampagnes, il saisit toutes les opportunités comme la journée de la femme à Ambilobe ou la béatification de Ramose Lucien Botovasoa à Vohipeno pour s’afficher en public. Après son rendez-vous raté du 30 mars avec la population majungaise, il profite de la situation actuelle pour se rattraper. En tournée dans le Nord-ouest de Madagascar, Andry Rajoelina ne sera pas présent à Mahamasina.
Les partisans de l’ancien président de la République, Marc Ravalomanana ont annoncé la poursuite des manifestations sur le parvis de l’Hôtel de ville Analakely jusqu’à satisfaction de leurs revendications. Une célébration parallèle comme celle de 1991 est ainsi probable. La présence de Marc Ravalomanana auprès des siens est ainsi plausible.
Après celle de 2016, l’ancien chef d’État a brillé par son absence aux festivités de la fête nationale. Cette situation peut se reproduire cette année. Toutefois, «des négociations sont en cours pour arrêter la manifestation au nom de l’apaisement », soutient une source avisée.

Célébration maintenue
Avec ou sans les anciens chefs d’État, la célébration officielle de la fête de l’indé­pendance se tiendra. À part le défilé militaire de la matinée, la Présidence offre aux milliers d’invités un banquet au Palais d’État d’Iavo­loha.
Les chefs d’institutions, les membres du gouvernement, les parlementaires, des chefs de région, des chefs de parti, ainsi que les staffs techniques des ministères rempliront la tribune centrale et le ceremony building d’Iavoloha. Pour cette année, Madagascar ne recevra pas de délégation officielle venant des pays amis. Toutefois, le corps diplomatique résidant dans le pays sera invité.
Depuis mercredi, l’ambiance de fête s’installe progressivement. Après la démonstration dynamique des Forces de l’ordre, des cultes, des manifestations culturelles, des actions caritatives et concours diverses ont été organisés. Célébrées sur fond de crise, toutes les activités prévues de la fête nationale tourneront autour du thème patriotisme et apaisement, garant de l’émergence et le développement de Mada­gascar. La fête nationale est censée raviver la fierté et l’uni­té nationale, les trois protagonistes semblent avoir choisi de célébrer la leur en toute indépendance.