Accueil » Actualités » American Center – La « Smithsonian Institution » pousse les musées
Actualités Culture

American Center – La « Smithsonian Institution » pousse les musées

Discuter d’une meilleure promotion des patrimoines de la Grande île. L’anthropologue américain Paul Michael Taylor partage sa perception des musées nationaux.

Susciter l’intérêt du public sur les activités des musées et les actions à entreprendre, quant à la promotion du patrimoine national. C’est dans cette optique que la conférence tenue par l’anthropologue américain Paul Michael Taylor, directeur de la « Smithsonian institution » sise à Washington, s’est déroulée dans la salle d’exposition de l’American Center à Tanjombato.
Hier dans la matinée, cet illustre anthropologue a tenu à discuter des rôles des musées et de leurs impacts sur la promotion de l’histoire d’un pays, de la conservation de sa culture et même de sa contribution à l’épanouissement du tourisme. S’appliquant comme étant un conservateur à part entière, il se charge du programme d’histoire culturelle asiatique du musée « Smith­sonian institution ». Paul Michael Taylor est aussi l’auteur de nombreux livres et articles scientifiques sur l’éthnographie, l’éthnobiologie, les langues, l’art et la culture matérielle de l’Asie, en particulier l’Indonésie.
« Madagascar est un pays qu’on connait pour son histoire et ses liens avec l’Asie. Il est donc évident pour moi de continuer mes recherches, ainsi que mes investigations ici même. J’ai découvert que ce pays possède un riche patrimoine culturel intarissable que l’on se doit de valoriser », affirme l’anthropologue.

Pérenniser la culture
Ayant ainsi une passion et un intérêt particulier pour la conservation des pièces de collection artisanales et historiques, Paul Michael Taylor par le biais de la « Smithsonian institution », a entrepris depuis le début des années 2000, une collecte de pièces aux valeurs historiques et anthropologiques, originaires de la Grande île. Des pièces se référant à la musique et à la littérature et aux tissus malgaches, ainsi qu’à l’artisanat, se trouvent ainsi exposées au sein de la « Smithsonian institution » depuis ce temps. « On est intéressé à ajouter de nouvelles pièces à notre collection. Sur le plan international, Madagascar a un intérêt exotique qui fascine. Aussi bien de notre côté qu’ici même, j’incite tous les acteurs qui s’activent au sein des musées nationaux à toujours œuvrer pour la valorisation de la culture, tout en promouvant l’image du pays », souligne Paul Michael Taylor.
Des échanges d’idées sur cette pérennisation de la culture à travers les actions des musées nationaux, ont motivé la venue de l’anthropologue américain. Actuellement, des tendances modernes sont à considérer dans ce domaine. De plus en plus de pièces se voient retranscrites et illustrées numériquement auprès des musées, entre autres, des photographies ou des pièces audiovisuelles, au delà des objets et artéfacts matériels.
En outre, Paul Michael Taylor invite le personnel des musées à accorder plus d’importance aux documentations. « Cela reste le critère principal justifiant la valeur d’une pièce de collection, sans une référence historique, cette dernière n’a aucune valeur », conclut-il.

Andry Patrick Rakotondrazaka

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter