Faits divers

Insécurité – Un réseau de voleurs de motos démantelé

La moto et les trois scooters ont été retrouvés en possession des malfaiteurs.

La gendarmerie d’Ambohimanarivo Manjakandriana a arrêté six individus pour vol de deux-roues. Un dernier complice est recherché.

Spécialisée dans le vol de motos, une association de malfaiteurs a été démasquée par les hommes du poste avancé d’Ambohimanarivo, dans le district de Manjakandriana, cette semaine. Après interrogatoire, cinq hommes et une femme ont été présentés devant le Parquet.

Tout est parti d’une location d’une moto routière, le lundi 18 mai. La femme a proposé au propriétaire une certaine somme pour la raccompagner à Talata Volonondry, sous prétexte qu’elle devait s’y rendre pour un deuil. À leur arrivée, elle lui a donné un yaourt empoisonné, qui l’a affaibli et plongé dans le coma. Il a été retrouvé à terre, sur le bord de la route. Un témoin a immédiatement prévenu la gendarmerie d’Ambohimanarivo qui a diligenté ses éléments pour l’amener au centre hospitalier de base (CSB II) de Talata.

Saisis

Le motocycliste ayant repris connaissance a rela té sa mésaventure aux forces de l’ordre. Au fil des recherches, le deux-roues a été repéré à Mangamila Anjozorobe. La voleuse s’est rapidement fait arrêter et son coauteur est activement recherché.

Les fins limiers ont encore poussé leurs investigations, menant à l’identification du réseau de malfrats. Du coup, cinq autres individus acheteurs et revendeurs du butin à l’aide de faux documents ont été inter – pellés.

Une perquisition a été effectuée chez les suspects où trois scooters, un tas de fétiches, des papiers et cachets truqués au nom d’un magasin à Soamanandrariny Antananarivo ont été saisis. La gendarmerie fait donc appel aux véritables propriétaires de ces motos de marque Vespas à venir au poste avec une pièce justificative permettant de les récupérer.

« Le numéro 034 14 014 75 reste toujours joignable pour ceux qui ont un renseignement sur le fuyard. La filature se poursuit pour mettre lui mettre la main dessus», selon les informations communiquées au niveau du secrétariat d’État chargé de la gendarmerie nationale.