Accueil » Editorial » Homo sapiens
Editorial

Homo sapiens

Saisissante déclaration du président de la République à l’issue de sa tournée dans des zones enclavées comme Marolambo, Anosibe An’Ala et toute la région Mavan comme Mahanoro, Vatomandry, Betsizaraina, Masomeloka…. « Il n’y a ni tribunal, ni poste de gendarmerie ,ni hôpital. Il faut aller loin et à pied si on a affaire à la Justice. Il faut changer cette triste réalité. »

C’est la première fois qu’un président de la République s’y est rendu. Rien que cela constitue un événement de taille pour la population de ces contrées oubliées . Eh oui même leurs élus n’ont rien fait pour eux pendant 60 ans. Les routes n’ont jamais été faites. Elles ne figuraient dans aucun projet de développement. Et pourtant ces bleds perdus ont toujours eu un représentant à l’Assemblée nationale. Des députés qui ne manquent pas de prendre la parole, s’ils sont présents à Tsimbazaza, mais pour parler d’autre chose et non pas pour revendiquer la construction de la route, d’une école, d’un hôpital…

C’est inadmissible de constater qu’au troisième millénaire, il existe encore des régions complètement démunies sans le minimum de confort existentiel. On voit bien le développement à deux vitesses du pays . Une partie est tout simplement restée au Moyen Âge. C’est normal s’il existe encore des régions qui vivent à l’époque féodale sur tous les plans. Et c’est normal si on réfléchit encore comme l’homo sapiens. Et dire qu’on leur impose la démocratie, le suffrage universel direct, l’économie de marché… Il y a vraiment loin de la coupe-coupe aux lèvres.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Saisissant en effet, d’ironie peut-être, à moins que ce ne soit de niaiserie ?
    Sérieusement, ce n’est qu’aujourd’hui qu’il prend conscience ?
    Si cela doit démontrer quelque chose, c’est bien le décalage entre certaines couches sociales et la grande majorité de la population, ça c’est une certitude. Car le moyen-âge existe aussi dans la capitale, même si les tribunaux sont plus proches..
    Affligeant.