Accueil » Régions » Coronavirus – Alerte rouge à Mahajanga
Régions

Coronavirus – Alerte rouge à Mahajanga

Les  membres  du  CRCO  de  Boeny  lors  de  leur  réunion,  lundi.

C’était prévisible ! Les membres du Centre régional de commandement opérationnel de Boeny décident d’appliquer les mêmes restrictions sanitaires que lors du premier confinement, en 2020.

HIER, durant leur réunion, dirigée par le préfet de Mahajanga, Lahiniaina Fitiavana Ravelomahay, les membres du CRCO ont adopté plusieurs mesures sanitaires. Le plus important est le respect des gestes barrières et la distanciation physique et sociale ainsi que les mesures sanitaires obligatoires, dont le lavage des mains avec du savon ou du gel désinfectant.

Dans cette optique, les activités quotidiennes de la population subiront une modification à partir de ce jour. Toutes les écoles publiques et privées à partir du primaire jusqu’au lycée, les écoles de formation professionnelle et les universités publiques et privées seront fermées à partir de ce jour. La fermeture durera quinze jours, jusqu’au 6 avril, afin de limiter la propagation du variant sud-africain de la Covid-19. Les bureaux publics et privés seront fermés à 16 heures.

De plus, « un barrage sanitaire est désormais installé à Ambondromamy pour les voitures en provenance d’Antananarivo, et, en sens inverse, un barrage sécuritaire est mis en place dans la commune rurale d’Andranofasika, dans le district d’Ambato-Boeny. En revanche, les transporteurs de marchandises pourront circuler librement. Aucune autorisation spéciale ne sera délivrée », souligne le président du CRCO.

Le directeur régional de la Santé publique de Boeny, le Dr Solange Hoasy, a confirmé vendredi que 50% de la population de Mahajanga est sont positifs au virus et que la majorité est porteuse saine, mais l’ignore. « Deux cents personnes sont confirmées positives et si l’on multiplie par dix leurs contacts, cela donne deux mille cas positifs. Il faut prendre au sérieux la situation. Les huit Centres de santé de base existants, les Centres hospitaliers universitaires et le Centre de soins infirmiers sont disponibles pour accueillir les malades», souligne-t-elle.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter