A la une Santé

État d’urgence sanitaire – Confinement de quinze jours à Analamanga et Toamasina

Ces mesures ont été annoncées par le Président pour prévenir toute propagation du Covid-19.

À cause de neuf nouveaux cas de Covid-19, le président de la République édicte le confinement à Analamanga et à Toamasina. L’état d’urgence nationale est décrété.

Une situation iné­dite. Andry Rajoelina, président de la République, impose le confinement à Antananarivo et dans l’ensemble de la région Analamanga, ainsi que dans la ville de Toama­sina durant quinze jours. Dépendant de l’évolution de l’épidémie, le reste du pays est épargné, pour le moment.

Durant un conseil des ministres, samedi, « l’état d’urgence nationale », a cependant, été décrété pour l’ensemble du territoire. En sus de cette situation d’exception, le confinement est imposé par l’augmentation du risque de propagation de l’épidémie dans les zones concernées.

Dans une nouvelle déclaration à la nation, hier, le locataire d’Iavoloha a indiqué que « neuf nouveaux cas de contamination au coronavirus », avaient été dépistés par l’Institut pasteur de Mada­gascar (IPM).

Ayant entre 43 ans et 61 ans, les neuf personnes dont sept Malgaches, un Français et un Guinéen contaminées au Covid-19 sont tous rentrées récemment de France par le vol de la compagnie Air France numéro AF934. L’une d’entre elles est rentrée le 17 mars et les huit autres, le 19 mars. Le président de la République assure que ces individus dépistés du coronavirus sont tous en isolement et sous suivi médical strict.

Ces neuf nouveaux cas portent à douze, le nombre de personnes contaminées sur le sol malgache.

L’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble implique « la réquisition », des services publics et privés. Le ravitaillement, l’eau et l’électricité, les établissements de santé, le transport, la télécommunication, la presse, les établissements bancaires et financiers, entre autres, sont concernés. La situation d’exception permet, également, à l’État de restreindre les « libertés publiques ».

Discipline

Pour les zones en confinement que sont la région Analamanga et la ville de Toamasina, les mesures exceptionnelles sont plus contraignantes que dans le reste du pays. « À partir du 23 mars, tout le monde reste chez lui », a déclaré le président Rajoelina. Aussi, tous les transports publics que sont les « Taxibe », taxis et taxis-brousse sont suspendus durant les quinze prochains jours.

« Seuls les transports de marchandises peuvent circuler », souligne le chef de l’État. « Des barrières sanitaires » seront placées à chaque sortie de la capitale, pour ceux qui voudraient quitter la ville dans leur voiture personnelle.

Seuls les grands magasins, grossistes, épiceries et « tsenam-pokontany », ainsi que les pharmacies et les stations-service, peuvent ouvrir. Tout autre commerce doit fermer.

Outre ceux de la santé, de l’administration judiciaire et les Forces de défense et de sécurité, le confinement s’impose à l’ensemble du personnel de l’administration publique dans les zones à risque. Les banques, les organes de presse, les services de télécommunication et la Jirama restent, néanmoins, en activité.

Un couvre-feu allant de 20 heures, à 5 heures est, du reste, établi. Le cas des sociétés privées motive, toutefois, des incompréhensions.

« Pour les entreprises privées, il appartient aux responsables d’établir une méthodologie de travail permettant de continuer leurs activités comme il se doit, mais en accord avec les directives ministérielles », indique Andry Rajoelina. Éviter la prolifération du Covid-19 est, en tout cas, la raison du confinement. « Il nous faut quinze jours pour évaluer notre capacité à maîtrise la propagation de cette maladie », affirme-t-il.

Aussi, le chef de l’État exige-t-il « la discipline », de la part de la population, surtout de ceux qui sont rentrés récemment de l’étranger. Certains défient, en effet, les mesures de prévention au mépris de la santé publique.

Pour mâter les récalcitrants, une brigade spéciale contre le coronavirus est sur pied. Elle est chargée du contrôle du respect des mesures de confinement et de sanctionner si nécessaire, ainsi que d’effecteur des tests.

Sous la houlette d’un centre de commandement opérationnel Covid-19, cette brigade a pour objectif de contrôler et tester mille personnes à risque, par jour. « Nous avons le choix, soit nous contrôlons cette maladie en quinze jours, soit nous en subissons tous les conséquences », prévient le président de la République. Il promet la transparence sur l’évolution de l’épidémie et donne rendez-vous à la population chaque soir à 20 heures, sur la télévision nationale, pour un point de situation.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • C’est le branle-bas de combat pour une guerre contre un ennemi invisible . Irrémédiablement un CLUSTER va se constituer à partir de ces cas importés . Ces mesures prises par le PRM relèvent du bon sens et cadrent bien à une épidémie au stade 1 si on se réfère aux recommandations de l’OMS . Nous n’aurons jamais les moyens de réaliser des tests de dépistage systématique surtout il y a des pénuries de réactifs au niveau mondial et de dispatcher des masques de protection à toute la population . Ces précautions ont faits ces preuves en Corée du Sud avec un taux de décès seulement de l’ordre de 0,3 % et sans confinement de la population . Les soignants verront bientôt des cas graves avec des détresses respiratoires aigües et les respirateurs artificiels seront d’un recours vital . Le département Français de La Réunion pour 900 000 habitants n’en possède que 100 . La situation est grave car l’Italie après 15 jours de confinement total a encore connu 800 décès en 24 H . Cette crise sanitaire mondiale va en s’amplifiant si les études Américaines sur la transmission  » aérosol » du virus c’est sa survie pendant 3 H dans l’air sont fondées . La probabilité d’une mutation du SARS-CoV-2 est acquise si on voit sa virulence actuelle . Il tue 3 fois plus que la grippe saisonnière et les personnes moins de 65 ans représentent maintenant 50 % des malades en réanimation .
    Un vaste essai clinique en double aveugle sur 3200 personnes sains et malades est lancé dans plusieurs pays Européens pour l’hydrochoroquine . Les résultats sur son efficacité en association ou non avec un antibiotique seront publiés dans 6 semaines . Bien de praticiens ont commencé à le prescrire sans la validation scientifique vue l’hécatombe constatée . Le décès par contamination au coronavirus d’un Médecin praticien hospitalier d’origine Malgache a bouleversé le monde Médical Français .
    On ne cessera pas répéter que pour un pays à moyen sanitaire limité comme le notre tout va se reposer sur la discipline , l’attitude responsable et le civisme pour venir à bout de ce fléau . La « distanciation sociale » en se mettant à 1m au minimum de son vis à vis et les gestes « barrière » sont à ressasser sans répit auprès de la population . Ce sont les conditions sine qua non de la réussite de l’endiguement du COVID-19 .