SANTÉ - Suspicion de peste à Androhibe Ambohidratrimo


En deux semaines, cinq membres d’une même famille ont été décimés par une maladie, suspectée comme étant la peste dans le fokontany Androhibe Ambohidratrimo. Les résultats de l’investigation sont attendus pour confirmer ou infirmer cette hypothèse. Le décès suspect de deux personnes membres d’une même famille en deux semaines fait paniquer les habitants du fokontany Androhibe Ampanatonana, district Ambohidratrimo. Avant-hier, trois personnes issues de la même famille meurent dans des circonstances quasi-similaires. « Un adolescent de 16 ans a succombé après avoir été transporté à l’Hôpital puis deux autres personnes sont décédées le même jour avec les mêmes symptômes de maladie. L’un a été décédé à huit heures du soir, l’autre à 3 heures du matin et la troisième personne dans la matinée. En l’espace de deux semaines, on compte près de cinq personnes décédées dans cette même famille. Le père de famille de 59 ans a été décédé le 9 décembre dernier, la mère de famille de 49 ans était morte le 14 décembre et puis leur fils a succombé le 20 décembre, soit moins d’une semaine », indique Hajanirina Randrianarima­nana, président du Fokontany Androhibe Ampanatonana. Selon l’explication de ce dernier, une suspicion de cas de peste plane après les décès consécutifs constatés. « Jusqu’ à maintenant nous n’avons pas la confirmation que c’est la peste. Mais les symptômes qui se sont manifestés se présentaient par une fièvre avec une toux pour certains. Nous craignons que ce soit le cas », enchaine le président du Fokontany. Dans le fokontany, la panique et la peur règne. Vigilance Les corps des trois dernières personnes ont été inhumés le mardi dernier après la descente des responsables de santé auprès du fokontany concerné. « Par précaution, les trois autres personnes n’ont pas eu le droit d’être inhumées dans le caveau familial. L’inhumation a eu lieu le même jour de leur décès », livre le président du fokontany. Inquiète, la famille n'arrive pas à croire à cette situation. Une personne est actuellement en surveillance à l’hôpital. Le confinement a été annoncé dans le fokontany, notamment pour les personnes ayant un contact direct avec les personnes décédées. « Nous restons confinés jusqu’à nouvel ordre », souligne le Président du fokontany. L’investigation par rapport à ces cas de décès est opérée. En attendant, les mesures préventives ont été prises dans le fokontany afin d’éviter que la maladie se propage. « La sensibilisation est de mise pour toute la population. Les personnes contactes sont détectées et une centaine de personnes ont été dotées de médicaments. Le nettoyage des zones où les rats se réfugient est primordiale», enchaine le responsable.
Plus récente Plus ancienne