Accueil » A la une » Antananarivo – Crosses pluies, gros ennuis
A la une Social

Antananarivo – Crosses pluies, gros ennuis

Presque  toutes  les  rues  des  zones  basses  ont  été touchées  pa  la  montée  des  eaux  hier.

Les inondations sont prévisibles en cette période de pluie, selon des techniciens. Ils envisagent les pires scénarii.

En une heure de précipitations, les rues de la ville d’Antananarivo sont inondées. Les eaux de pluie ont pris du temps à s’écouler et ont stagné sur les chaussées. Les égouts débordent, les déchets non ramassés près des bacs à ordures émergent dans l’eau. Les transporteurs ont eu du mal à circuler. Les piétons ont marché dans de l’eau boueuse et pleine de déchets. Ceux qui ont eu le moyen ont payé des charretiers pour les faire traverser d’un endroit à un autre. Presque toutes les rues des zones basses, à savoir, Andravoa­hangy, Behoririka, Antani­mena, Antohomadinika, Andrefan’Ambohijanahary, Soanierana, Ampefiloha, ont été touchées par cette montée des eaux, hier après-midi.

Bien que le phénomène se reproduise à chaque période de pluie, les riverains ont du mal à s’y habituer. Pour les techniciens, ce phénomène a été prévisible. « 90% des canaux d’évacuation sont bouchés. Les travaux de curage effectués n’ont été que superficiels. Il faut vraiment curer les sables et les boues au fond des canaux, si on veut avoir des résultats. Mais la réalisation de ces travaux est difficile, fautes de moyens. En plus, avec les constructions illicites, ces canaux sont inaccessibles aux engins », lance un technicien de l’assainissement et de l’hygiène.

Cyclone

Les techniciens appréhendent les pires scénarii, en cette période de pluie. « La quantité de pluie qui s’est abattue, hier, est encore faible. Les fortes pluies vont arriver, il y a déjà une menace de cyclone. La montée et la stagnation des eaux sont inévitables, dans certaines zones et pas uniquement, dans les rues, dans une telle circonstance », rajoute la source. Parmi les quartiers les plus à risque aux inondations, il a cité ceux d’Ankorondrano Andranomahery, d’Ankasina, de III G Hangar, d’Anta­niavo. « Ces centaines de maisons qui ont été construites à Ankasina, sans réseaux d’évacuation clairs, ces remblayages qui pullulent, ne seront pas sans conséquents », avertit ce technicien. Il faudrait raser toutes les maisons qui bouchent les évacuations d’eau, déblayer les zones remblayées, et curer tout au fond les canaux d’évacuation, pour éviter les inondations de la ville d’Antananarivo.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter