Accueil » Régions » DIANA – Journée nationale de la nutrition : La réussite d’une synergie multisectorielle
Régions

DIANA – Journée nationale de la nutrition : La réussite d’une synergie multisectorielle

Les autorités présentes lors de cette 17e édition de la Journée nationale de la nutrition.

La cérémonie officielle de la 17e édition de la Journée nationale de la nutrition (JNN) a clôturé la semaine pleine d’activités mettant en lumière la nutrition et la malnutrition dans la région de Diana.

Lors de la Journée de célébration officielle du 21 Juin, les différents intervenants dans le cadre de la nutrition, sous la coordination de l’Office National de Nutrition, ont organisé un carnaval et à cet effet, plusieurs stands ont été érigés. Depuis le 14 novembre dernier, plusieurs journées ont été consacrées à la sensibilisation des écoles et des autres acteurs de la nutrition. Également un événement culturel a été dédié aux enfants et aux populations locales pendant toute la journée du samedi, en vue de l’amélioration de la situation nutritionnelle de la population.

Comme toutes les fêtes, celle-ci a débuté par un carnaval qui a circulé dans les artères de la ville, la fanfare militaire a animé le défilé parti de l’hôtel de ville et qui s’est terminé sur la place de l’indépendance, place Ritz. C’est là que se sont tenues une série de discours, la remise de lots et de certificats aux élèves gagnants du concours “question pour la nutrition” et leurs écoles respectives…

L’occasion a été également saisie pour offrir des reconnaissances particulières aux agents communautaires de nutrition (AC) qui ont travaillé dur pour s’acquitter de leurs fonctions dans les soins de la population.

Quelques-uns d’entre eux, surtout des femmes, travaillent depuis dix-huit ans dans ce domaine. Le coordinateur national de l’Office National de Nutrition (ONN) ,Pr Hanta Marie Danielle Vololontiana, a mis un accent particulier sur leur détermination concernant la lutte , l’hygiène, les services de santé… Après le côté officiel, il y a eu la visite des différents stands où ont été présentés les projets et les services relatifs à la nutrition et à la santé mères-enfants. Citons entre autres, le riz étuvé, le moringa…

Peu de partenaires

La 17ème édition des JNN tenue dans la capitale du Nord s’est terminée par le traditionnel radio crochet et les prestations d’artistes locaux. On a ressenti lors de la célébration de cette 17e édition qu’il y a peu de partenaires travaillant dans le nord par rapport à ceux du sud. C’est exactement ce qui a poussé le coordonnateur national de l’ONN à annoncer à plusieurs reprises la raison de l’organisation de cette édition dans la région Diana. Elle est due à l’existence de bonnes pratiques dans la partie nord de l’île en matière de nutrition. À en croire ses explications, c’est dans la région Diana que le taux de la malnutrition chronique est le plus bas, donc cette action était un moyen efficace pour mener une plaidoirie pour cette cause . Des bonnes pratiques dans d’autres régions de Madagascar peuvent être aussi mises en évidence, mais pas forcément le « kere » dans le sud, a-t-on appris.

Cependant, le professeur a confirmé que la région est toujours en danger car la malnutrition ne dépend pas de la santé du corps d’une personne ou d’un enfant, mais dépend entièrement de la nourriture équilibrée pouvant générer de l’énergie. Le gouverneur Daodo Arona Marisiky a partagé son avis, surtout lorsqu’il a dit que la tenue d’un événement comme celui-ci encourage les dirigeants régionaux , car il est possible de mobiliser la population. C’est aussi une opportunité pour les différents acteurs de renouveler leur engagement. À l’issue de cette célébration , des appels ont été lancés pour ramener à la baisse ce taux de malnutrition chronique de 22% dans la région Diana , bien que la carence soit peu visible. Cela peut apparaître dans le retard mental, mais parfois les parents ne sont pas très doués pour cela.

Il semble que les parents aiment donner à manger à leurs enfants juste pour les voir grossir, sans penser à la capacité de leur corps à traiter ce qu’ils ont reçu. “Nous ne pouvons pas être fiers de ce taux de 22%, nous devons être vigilants et prudents. La lutte sera couronnée de succès quant seulement il y aura la contribution de tout le monde dans tous les secteurs (multisectoriel)” a lancé le coordonnateur national, tout en soulignant que le sujet nutritionnel n’est pas l’œuvre d’une seule personne ou de quelques groupes de personnes, ni du gouvernement, ni de l’ONN.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter