Accueil » Actualités » Bois de rose – Quatre personnes sous mandat de dépôt
Actualités

Bois de rose – Quatre personnes sous mandat de dépôt

La tolérance de zéro reste pratiquée au sein du Ministère de l’Environnement et du Développement Durable (MEDD). La semaine passée quatre personnes impliquées dans le transport illicite de bois de rose se trouvent en détention préventive.

En effet, le 6 novembre dernier, un trafic d’une quarantaine de rondin de bois de rose a été appréhendé à Andavamamba, lors d’une intervention de Direction de l’Unité de Lutte Contre la Corruption (DULC) et la Direction des Aires Protégées et des Ressources Naturelles Renouvelables et des Écosystèmes (DAPRNE). Les investigations ont été menées jusqu’à une descente dans la ville d’Antalaha, considérée comme plaque tournante des affaires de bois de rose. 8 personnes y sont impliquées, et le déferrement a décidé de mettre sous mandat de dépôt (md) à Tsiafahy deux hommes, à Antanimora deux femmes tandis qu’une personne sous contrôle judiciaire. Les 3 autres ont eu une liberté provisoire.

Par ailleurs, lors d’une visite inopinée, les antennes locales du MEDD d’Arivonimamo ont trouvé 999 palissandres dans une localité d’une dame à Imerintsiatosika. Dont une bonne partie de ces bois précieux ne dispose pas d’autorisation, ni de stock, ni de transports. L’enquête du chef cantonnement est terminée et l’affaire sera envoyée au tribunal de première instance.

La dame enquêtée, Razafimino R. évoque le nom d’un marchand de bois sis à Fihaonana Madiotsifafana Ambatondrazaka dénommé Raveloson A. Certainement, ce dernier serait interrogé par les autorités judiciaires à cause de cette exploitation illicite (détention illégale et absence d’autorisation de transport) des produits forestiers.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter