Faits divers

Amboasary-Sud : Kidnapping contre une sœur de Kaleta

Un pullulement des rapts contre rançon fait rage dans certaines communes d’Amboasary-Sud. Une sœur de l’opérateur économique Kaleta en a fait les frais.

Les rapts contre rançon font rage dans certaines communes du district d’Amboasary-Sud. Un cas est signalé presque toutes les semaines. Les communes de Mahaly, Tsivory, Marotsiraka et Tanamaro sont parmi les plus touchés. Mardi, les ravisseurs s’en étaient pris à une sœur de l’opérateur économique Kaleta, ayant pignon sur rue dans la région Anosy. D’après les informations communiquées, la femme prise pour cible a été enlevée en plein jour. Elle arpentait tranquillement les voies de déserte de la commune de Mahaly lorsqu’elle s’est fait kidnapper par une escouade de bandits armés. Seule au moment des faits, elle était une proie facile pour les assaillants.

La victime est mariée à un adjudant-chef en service à l’État-Major de la gendarmerie nationale de la région Anosy. Estimant que sa famille pourrait être en mesure de verser quelques millions d’ariary ainsi que quelques têtes de bovidés, les ravisseurs s’en étaient pris à cette femme de gendarme.

Sitôt tombée, dans les griffes des malfaiteurs, la victime a été conduite loin de la commune de Mahaly, où elle a été gardée. Les kidnappeurs sont dans la foulée entrés en contact avec la famille de l’épouse de gendarme prise pour cible pour réclamer la rançon.

Libérée

D’après les informations communiquées, une somme s’élevant à 2,6 millions ainsi que trois zébus ont été versés aux malfaiteurs. Au bout d’une captivité qui a duré environ 24 heures, la mère de famille a été libérée. Saine et sauve, elle ne semble pas avoir été maltraitée pendant sa captivité. Il est courant que les ravisseurs menacent aux familles de tuer les otages lorsque celles-ci préviennent les autorités ainsi que les forces de défense et de sécurité.

De peur que leurs poches ne subissent des maltraitances ou qu’ils soient froidement abattus, la gendarmerie est souvent mise à l’écart par les familles des personnes prises pour cible. De ce fait, les kidnappeurs parviennent dans la plupart des cas à empocher la rançon exigée pour ensuite s’évanouir dans la nature et commettre un autre coup.
Les escouades de malfaiteurs qui opèrent dans le rapt contre rançon en milieu rural sont identifiées. Néanmoins, les mettre hors d’état de nuire n’est pas facile faute de collaboration des familles des personnes
enlevées.