Contrebande d'animaux endémiques - Un trafiquant pris avec quatre-vingt tortues


Saisie de près de quatre-vingt tortues braconnées à la gare routière d’Ampasampito. Les reptiles allaient être vendus à 3000 euros l’unité. BELLE prise des gendarmes de la compagnie territoriale de Tana ville à la gare routière d’Ampasampito. Dans la soirée d’avant-hier, un trafiquant de tortues est tombé dans les mailles des filets tendus par les forces de gendarmerie. En inspectant ses bagages, les gendarmes ont mis la main sur quatre-vingt tortues. Endémiques de Mada­gascar, les reptiles pris en sa possession appartiennent de surcroît à une espèce menacée. Le trafiquant est âgé d’une trentaine d’années. À la lumière des investigations conduites par la gendarmerie nationale, les tortues retrouvées ont été braconnées dans des réserves naturelles de la région SudOuest. Après avoir rassemblé son butin, le malfaiteur a fait le voyage depuis Toliara jusqu’à Tana. Pour ne pas éveiller les soupçons et passer ni vu ni connu à travers les nombreux points de contrôle des forces de défense et de sécurité déployées tout au long de la route nationale numéro 7, le quidam avait dissimulé les animaux braconnés au fond de sacs, enfouis sous une pile de divers objets. Marché noir Sa ruse ayant réussi, il est arrivé à Tana sans rencontrer le moindre problème. Le pot-aux-roses a été néanmoins découvert lors qu’il a essayé de trouver un acheteur. De source auprès de la gendarmerie, avec l’ouverture partielle des frontières aériennes de Madagascar à certains vols internationaux, le trafiquant comptait envoyer son butin à l’étranger où des clients sont prêts à payer à prix d’or. À la lumière des investigations ainsi diligentées, chaque tortue allait être vendue à environ 3­000 euros l’unité. Très souvent, elles finissent comme animaux de compagnie dans des foyers des grands pays de l’Asie du Sud-Est, à l’instar de la Malaisie. Pareil trafic alimente le marché noir dans les zones répertoriées comme étant des plaques tournantes des trafics d’animaux menacés ou en voie d’extinction. Le trafiquant arrêté à Ampasampito a été démasqué grâce à la dénonciation d’un individu anonyme qui a prévenu la compagnie de gendarmerie de Tana ville. D’emblée, des éléments d’intervention se sont dépêchés à la gare routière pour vérifier la véracité du renseignement parvenu au quartier général. Lors des fouilles, ils ont découvert les tortues braconnées. Ces animaux ont été laissés aux bons soins du ministère de l’Environnement et ses partenaires. En revanche, le suspect a été placé en garde à vue et attend son passage au parquet.
Plus récente Plus ancienne