Culture

Danse contemporaine – Le festival « Miaraka » privilégie la créativité à travers le handicap

Un événement qui a su accorder la scène aux personnes en situation de handicap, tout en affichant la passion et le talent de toute une communauté de danseurs, le festival « Miaraka » ou « Ensemble », pour sa première édition, a su conquérir le public par la convivialité et la générosité qui en émane. Fédérateur d’un public de tous horizons, le festival s’est clôturé à la Bibliothèque Nationale à Anosy le week-end dernier, après avoir égayé le centre-ville à l’Hôtel de ville Analakely, depuis le 15 octobre.

Initié par la compagnie Lovatiana, en partenariat avec le consulat honoraire d’Espagne, l’ambassade de France, le Cercle Germano-Malgache, la Commune urbaine d’Antananarivo, sous la bienveillance du ministère de la Culture et de la communi-cation, le festival « Miaraka» a proposé un spectacle de danse contemporaine inclusif avec des participants énergiques qui ont su faire preuve de fraternité. Parmi les propositions artistiques que le public a eu le plaisir de découvrir, une collaboration entre des danseurs voyants et ceux atteints de cécité, a ému. Il en est de même pour la prestation d’une danseuse en bonne santé avec une personne atteinte de scoliose. « Nous avons mis en avant l’importance de faire corps avec ces personnes en situation de handicap pour que, comme nous, ils puissent aussi s’exprimer à travers l’art. On est ravi d’avoir également eu le soutien de plusieurs acteurs culturels, venus se joindre à nous tout au long de cet événement », confie la danseuse et chorégraphe Lovatiana Rakotobe.
Des questionnements sur l’accessibilité artistique et culturelle des personnes en situation de handicap ont été soulevés tout au long du festival pour que les actions entreprises dans le cadre de ce rendez-vous soient pérennes.