A la une Economie

Carburant – Une fausse pénurie selon les pétroliers

La sortie du directeur de l’Office malgache des Hydrocarbures n’a visiblement pas rassuré les usagers d’Antananarivo. De longues files ont persistés hier.

Anticipation rationnelle. Face à la panique des automobilistes tananariviens, le Groupement Pétrolier de Madagascar (GPM) a convié la presse hier pour tenter de rassurer. Le message principal est : « il n’y a pas de pénurie » mais à condition qu’il n’y ait pas de « surconsommation ». « Premièrement, le stock de gasoil est suffisant avec 7 220 000 litres disponibles », a lancé le secrétaire général du Groupement pétrolier de Madagascar, Alain Théodore Soumou­dronga. Idem pour l’essence avec 1 000 000 de litres d’essence, « suffisant pour les besoins ». « Il n’y a aucune raison de se ruer vers les stations-services », a réitéré Alain Théodore Soumoudronga. D’après les pétroliers, le stock en carburant devrait être suffisant pour une semaine, assez jusqu’à l’arrivée du tanker Gulf Coral ce vendredi 25 octobre. Le SG a rappelé que la raison de la perturbation de l’approvisionnement est le retard accusé par le tanker qui aurait dû arriver le 15 octobre pour des raisons indépendantes de la volonté des pétroliers.

Pour le directeur général de Vivo Energy, Mondher Bouhouche, la raison de la situation actuelle et celle du weekend dernier est toute trouvée avec ce qu’il qualifie d’effet psychose. « Il y a eu trois fois plus de consommation que la normale. La rupture n’est pas due au fait que les stations n’aient pas été livrées mais au fait que les gens ont consommé beaucoup plus qu’ils ont l’habitude de faire».

Longues files d’attente

Quoi qu’il en soit, les pétroliers n’envisagent pas de rationner les quantités vendues aux automobilistes. « Les stations seront livrées sur le rythme normal de consommation justement pour éviter que les gens ne surconsomment inutilement », a renchéri le DG de Vivo. C’est cependant ce qui s’est encore passé hier. Les longues files d’attente ont été remarquées dans les quelques stations services dont le réservoir n’a pas été vidé. La panique semble avoir définitivement gagné les automobilistes qui sont sur le pied de guerre pour trouver une station ouverte. Leur comportement actuel est ce que les économistes qualifient de prophétie auto-réalisatrice qui, dans ce cas, conduit à une pénurie de carburant qui ne devrait pas avoir lieu. Ce jour, le ministre de l’Énergie, de l’eau et des hydrocarbures Vonjy Andriamanga tentera surement une nouvelle fois de calmer les esprits.

Pour sa part, le DG de Jovena, Benjamin Memmi a tenu à préciser que le dysfonctionnement n’a rien à voir avec les négociations actuelles entre le gouvernement et les pétroliers. « Il n’y a aucun lien entre le retard d’approvisionnement et les négociations », a-t-il souligné. Refusant d’en dire plus, il a indiqué que le dialogue est toujours d’actualité. Le SG du GPM a de son côté indiqué que toutes les parties prenantes travaillent en coordination pour minimiser les désagréments.