Accueil » A la une » INCESTE – Violée par son père et son frère, une mineure raconte
A la une Social

INCESTE – Violée par son père et son frère, une mineure raconte

Une adolescente a été sexuellement agressée par son père et son frère avant de s’enfuir de sa maison. L’Akany Avoko qui a pris en charge la victime, dénonce l’inertie de la mère et l’impunité de l’auteur du crime.

Après avoir été violée à plusieurs reprises par son père et son propre frère, Larissa (nom d’emprunt) a décidé de s’enfuir de chez elle pour échapper à une situation infernale qu’elle n’a plus supportée depuis plus d’un an. « Tout s’est passé au mois de février de cette année. J’ai subi des agressions sexuelles depuis toute petite, mais je n’étais consciente des faits que lorsque j’étais un peu plus grande. Mon père et mon frère sont les auteurs de ces viols à répétition. Ma mère était au courant de la situation, mais elle n’a pas réagi et n’a même pas pris le temps de dénoncer ces agressions dont j’ai été victime », témoigne-t-elle.

Outre les agressions sexuelles dont elle a fait l’objet, Larissa a également subi des violences psychologiques. « J’étais contrainte de rester à la maison et de ne parler à personne de ce que j’ai subi. Mes proches ont exercé des menaces sur moi pour m’empêcher d’en parler », déploret-elle. Larissa qui a été condamnée à une mort certaine si elle était restée au domicile familial, a alors décidé de s’enfuir.

« D’après ce qu’elle nous a raconté, elle a profité d’une occasion d’aller tresser les cheveux chez une voisine, pour sortir de la maison. Pourtant, elle a été suprise par sa mère qui a menacé de couper ses cheveux si elle persistait à s’enfuir. Alors qu’elle essayait de se protéger d’un accès de violence de sa mère, les ciseaux ont transpercé son dos à plusieurs reprises provoquant des plaies. Puis profitant de l’inattention de sa mère, elle s’est enfuie le plus loin possible de la demeure familiale », indique Ivelohanta Razafindrasoa, directrice de l’Akany Avoko d’Ambohidratrimo-Bevalala.

Blessée, Larissa a eu la chance d’être secourue par des voisins, qui, en outre, se sont rendus avec elle au bureau du fokontany. « Comme elle est asthmatique, elle n’a pu aller bien loin. Le président du fokontany l’a ensuite conduit au poste de Police. Puis les procédures ont été engagées contre les auteurs du viol », enchaine-t-elle.

Lourdes sequelles

Outre les violences physiques et morales qu’elle a subie, elle supporte aujourd’hui de multiples sequelles. « Elle devrait passer par une opération chirurgicale pour des réparations. Les viols à répetition ont engendré de lourdes conséquences sur son appareil génital. Les gynécologues ont même recommandé une solution extrême, l’ablation de son utérus à cause des infections qui pourraint se propager », livre la directrice de l’Akany Avoko.

Cette dernière dénonce des falsifications dans les démarches de la constatation des viols. « Le certificat médical disait qu’elle est encore intacte alors qu’elle a subi des viols à répétition. Les auteurs du viol ont été libérés. Ce qui est vraiment triste, c’est que personne refuse de croire la victime dans cette histoire, alors qu’elle por terai t déjà des blessures psychologiques et physiques toute sa vie», indique-t-elle.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter