A la une Sport

Football – Élection FMF : Doda vise un véritable mandat

Candidat numéro 3 sur le bulletin unique, Doda Andriamiasasoa est le seul à avoir déjà dirigé la FMF. C’était durant la période intérimaire, de mars 2017 à novembre 2018.

I Lest le seul des cinq candidats à avoir déjà dirigé la Fédération Malga­che de Football. Doda Andriamiasasoa brigue de nouveau la présidence de l’institution. Il avait déjà visé une première fois le poste suprême, mais n’avait pas été élu.

Après ce premier échec, il avait intégré le Comité exécutif. Vice-président sous la direction d’Ahmad, il a hérité de son siège lorsque ce dernier a accédé à la présidence de la Confédération Africaine de Football. Doda Andriamiasasoa était ainsi aux commandes durant la période intérimaire de mars 2017 à novembre 2018.

Il peut se vanter du fait que c’est au cours de cette période que les Barea ont acquis leur qualification pour la Coupe d’Afrique des Nations. « Depuis que je suis ici, on a changé beaucoup de choses. Par exemple, on a augmenté les indemnités du sélectionneur, pour qu’il puisse se déplacer plus fréquemment et mieux superviser les joueurs. Le niveau des Barea s’est nettement accru, avec l’intégration de plusieurs nouveaux éléments. Les résultats sont probants sur le plan international. Au niveau national, on a amélioré les formules des compétitions », argumente-t-il.

Développement régional

« La Fédération a bien rempli sa mission, malgré l’absence de subventions durant cette période intérimaire. Je suis pragmatique et je veux que l’on me juge sur ces résultats », poursuit celui qui bénéficie d’une longue expérience à Isoraka, vu qu’il a déjà été membre du Comité exécutif et président par intérim.

Quant à son programme, qu’il avait déjà détaillé avant l’élection de novembre 2018, il repose en grande partie sur le développement régional. Il prévoit notamment d’octroyer des appuis financiers conséquents pour les ligues. Sans oublier la construction de diverses infrastructures aux quatre coins de l’Île.

« Le football, ce n’est pas seulement l’équipe nationale. Il faut aussi partir de la base au niveau de chaque région », explique-t-il à propos de sa politique.