Accueil » A la une » Air Austral – Air Madagascar : Les commandes reviennent aux Malgaches
A la une Economie

Air Austral – Air Madagascar : Les commandes reviennent aux Malgaches

L’accord  de  partenariat  de  2017  devait  redonner  des  ailes  à  Air  Madagascar.

Le mariage fêté en grande pompe entre les deux compagnies en 2017 se sera finalement soldé par un divorce presque à l’amiable.

Divorce consommé entre Air Austral et Air Madagascar. La résiliation du pacte d’associés et celle de l’accord de partenariat entre les deux compagnies sont effectives. La reprise en main d’Air Madagascar dans son ensemble vient d’être signée entre la République de Madagascar et la société Air Austral Invest (AAI) représentés respectivement par le ministre de l’Économie et des Finances et le ministre des Transports, du Tourisme et de la Météo­rologie d’un côté et MarieJoseph Malé de l’autre, en sa qualité de représentant légal de l’AAI et en présence des directeurs généraux respectifs de la compagnie malgache et de la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale (CNaPS).

Ce protocole d’accord mentionne « la cession de 123 866 266 actions représentant environ 43,78% du capital social d’Air Madagascar, détenues par AAI, au profit de la CNaPS et de 420 981 actions représentant 6,79% d’Air Austral, détenues par la CNaPS, au profit d’Air Austral dans le cadre d’une réduction de capital ». À travers cet accord, les responsables d’Air Madagascar ambitionnent de remettre la compagnie en course avec de nouvelles stratégies pour la restructuration du groupe, la reprise négociations avec les avionneurs comme Airbus et Boeing, ou encore la renégociation de tous les contrats conclus avant ce partenariat infructueux.

« Il est temps que le personnel d’Air Madagascar prenne son avenir en main. Le recrutement et le changement de statut qui se feront dans les semaines à venir signifient l’ouverture de la compagnie vers d’autres horizons », explique un des responsables de la négociation de l’accord. La négociation de ce divorce a commencé vers la fin de l’année dernière pour ne s’achever que six mois plus tard. En ce temps là, les relations entre les deux partenaires avaient du plomb dans l’aile.

Défaillances

« Après observation, aucun point positif n’a été constaté dans ce partenariat. Les deux parties ont été défaillantes face à leurs engagements respectifs. Pour relancer notre compagnie, la consigne est claire. La recapitalisation devient un impératif et Air Austral a du mal à suivre. Les négociations iront dans le sens de la dilution d’Air Austral ou le retrait définitif de cette compagnie de l’actionnariat d’Air Madagascar. De cette manière, nous pourrons envisager l’établissement de nouvelles stratégies pour relancer la compagnie nationale » annonçait, à l’époque, Joël Randria­mandranto ministre du Transport.

La feuille de route établie à Paris entre Marie-Joseph Malé, PDG d’Air Austral et Rolland Besoa Razafimahaleo, PDG d’Air Madagascar, à l’époque, stipulait clairement l’apurement du passif d’Air Madagascar s’élevant à quatre-vingt-huit millions de dollars par l’État malgache contre un apport de quarante millions de dollars pour Air Austral. Mais Air Austral devenu actionnaire à 49% devait encore apporter trente-cinq millions de dollars. Elle a donné quinze millions de dollars tout en rechignant à régler le solde prévu. Ce qui aura suffi à mettre la compagnie malgache dans le rouge.

Le retrait d’Air Austral devra permettre à Air Mada­gascar d’établir un nouveau business plan anti-Covid-19 à très court terme et un autre plan post-Covid-19 pour de nouvelles routes aériennes avec de nouveaux partenaires. Pour sortir de ce gouffre dans lequel elle est embourbée, la compagnie nationale n’a ainsi d’autre choix que de s’ouvrir à d’éventuels partenariats multiples.

7 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Mais qu’est ce Air Austral a été faire dans cette « galère »….C’était foireux dès le départ de se lier avec un
    partenaire de tout temps et de tout régime BOITEUX !!!!

    Impressionnant, la CNAPS qui investit dans le transport aérien au lieu de renforcer les structures et offres de santé dont le peuple a tant besoin……….

    Cette Cie , »fleuron nationale »(rire) est à la recherche de nouveaux « pigeons » ……Attachez vos ceintures! zone de turburlences en vue !

    •  » Coup de grâce fantastique  » . On ne peut que se réjouir à sa juste valeur de ce divorce enfanté lors d’un mariage de dupes . Air Austral n’est pas une compagnie aérienne de référence . Avec la complicité des pourris du régime Rajaonarimampianina ils sont venus pour »entuber » Air Madagascar . Rappelons bien que c’est une entreprise publique subventionnée par les contribuables Réunionnais et sa situation financière n’est pas reluisante . Elle a obtenu un prêt garanti par l’état Français pour cette crise sanitaire avec un remboursement en 5 ans ce qui démontre son poids commercial chancelant face à une autre compagnie low-cost French bee sur la ligne La Réunion-métropole . Pour cause d’épidémie du covid 19 et ses conséquences économiques l’autorité de la concurrence en France a fait l’impasse certainement sur la suite à donner des perquisitions en son siège pour suspicion de pratiques anti-concurrentielles soufflées par le président de la république Française . Son PDG peut vanter son intégrité morale mais on n’est pas dupe de ses proximités dérangeantes avec les caciques peu fréquentables du régime HVM . Des informations crédibles confirment bien l’intention de cette compagnie à faire « main basse » sur les 6,79% du capital détenu par la CNAPS chez eux . La clause de non -concurrence signée avec le conseil d’administration prédateur est un scandale car non seulement anti-économique mais également contre-productive . Bien de journaleux chez la gazette de la grande île certainement bien gratifiés par son prince n’ont jamais cessé d’évoquer le non respect de la continuité de l’état .Oui il n’y a pas de regret et c’est au contraire un grand soulagement de rompre avec une compagnie aérienne partageant le codeshare avec Air Mad en pratiquant des abus tarifaires sur les lignes régionales sans que les surcharges carburant ou les taxes puissent clairement justifiés . La fierté nationale n’a pas de prix emais on reste toujours vigilant sur la capacité des nouveaux dirigeants d’Air à relever le défi de la vraie relance .

      • Bonjour à tous,
        Grand DIEU merci! Un dicton bien français dit: « on ne peut pas faire un cheval de course avec 02 ânes bâtés ». N’est-ce pas vrai? AIR MAD qui fait encore des siennes, si on maintient cette équipe, on ne peut plus nulle à chier » La vérité est à nos yeux. Depuis que j »étais conscient, je n’ai jamais entendu dire que AIRMAD va bien. Il faut voir aussi leur qualité de service (pas pour rien qu’elle a été surnommé: AIR PEUT ETRE)
        Moi, les gars, je vous dis: IL Y A PIRE QUI POURRAIT VOIR LE JOUR AVEC TOUS CES CAIMANS ET REQUINS QUI PEUPLENT CE PAYS « RICHISSIME ». CAIMANS = INTERESSES AVIDES DE POUVOIRS ET DE SOUS!!!!!
        VOYEZ. (Ny olona tia vola, tsy ety ho voky vola, ary ny tia ny tsy fahamarinana dia hanohy izany toetra ratsiny izany foana. Tsy misy fatahorana an’Andriamanitra)
        Qu’est-ce qu’il a dit la « pacha » lors de son allocution du 26.06.2020: AOK’IZAY, AOK’IZAY, AOK’IZAY! je veux bien y croire mais avec ce qui l’entoure, je suis sceptique, voire défaitiste.
        MANANA NAMA FINIAVANA HIOVA A. TENA MARINA E. AOK’IZAY TY FANDROBANA SY FANAOVANA TSINDRIO FA LAVO.
        A BON ENTENDEUR SALUT. SANS RANCUNE

        • Aminareo izany tokony nitohy iny partenariat iny ? Aza maramara saina ary aza havadika ny resaka fa ny HVM sy ny fakon’olona mpangalatra napetrany tao amin’ny air Mad no tena nanao varoboba an’i Air Mad . Mazava ? Izay aloha ny resaka .

  • Ce sont les jeunes ou les vieux au départ de la retraite qui changent de partenaires chaque année. Il croient que le commerce c’est un amortissement d’une année. malheureux.
    Qui est le prochain qu’ils croient être un bouc émissaire à leur place ?
    maintenant qu’Air Madagascar est endettée dans chaque pays bientôt il ne restera plus rien du capital, même les terres aéroports, vont être partagées aux étrangers mêmes les plus naïfs mais plus malins.
    Vous ne pouvez pas rester amis avec une personne puissante et avoir une seule dette à gérer ?
    Comment vous allez gérer ces dettes en Dollar à droite, en Euro à Gauche, en Livre au dessu-de la tête, en Yuan derrière etc.
    Malheureux qui trouvent le miracle même impossible à mettre sur feuille en théorie, seulement en rêve de folie.

    • Vous voulez insinuer avec votre tartufferie affichée qu’il a fallu continuer avec ce partenariat bancale ? Vous avez un drôle de jugement de valeur en désignant Air Austral comme le bouc émissaire dans cette histoire .Assumez votre positionnement comme un défenseur des magouilles du conseil d’administration HVM à l’époque source de cette braderie institutionnalisée . Il faut bien faire la part des choses entre la mauvaise gouvernance de Rajaonarimampianina et l’héritage financier chaotique d’Air Mad qui ne date pas d’une décennie .

Voir aussi