Faits divers

Rocade marais Masay – Un propriétaire sommé de quitter sa maison

La construction de la Rocade est entravée par cette maison d’habitation à Nanisana.

La négociation avec le propriétaire d’une maison qui est traversé par les travaux de construction de la Rocade Nord-Est-Est à Nanisana se poursuit afin de le convaincre de quitter les lieux. Depuis quelques mois, les travaux sont au stade de l’assainissement des rizières après avoir rasé des maisons sur son itinéraire. Mais à Nanisana, au Nord de l’ambassade de Chine, un tronçon de route n’a jamais été traité. Une maison clôturée par des végétations entrave le déroulement des travaux et malgré l’avancement du chantier, les mains d’œuvres équipés des engins se contentent de manœuvrer à côté afin de poursuivre les activités.
En effet, bien que le propriétaire du lieu ait été notifié de quitter le lieu dans un bref délai, il n’a, jusqu’à présent, pas procédé à la démolition de sa maison. « Nous avons jusqu’à lundi pour plier bagage et démolir la maison d’habitation », explique Pierrot Heriniaina Feno Fitiavana, fils du propriétaire. Hier, des représentants du Fokontany et de la police ont rencontré les occupants.
La famille qui a vécu sur cet endroit depuis plus de quinze ans a été finalement mise à demeure, sans qu’aucune tolérance ne soit admise. « D’après le plan qu’on nous a montré, cette partie n’est pas incluse dans le projet. C’est pourquoi nous avons décidé de ne pas partir. Plus tard, la construction s’est rapprochée de notre maison. Nous avons attendu l’explication de la part des responsables afin régler la situation car aucune réparation n’a été promise en contrepartie de notre départ », ajoute Pierrot Heriniaina Feno Fitiavana.
Quatorze personnes sont obligées d’abandonner leur habitation. Après la notification transmise par les responsables, hier matin, le propriétaire ne s’est pas opposé à la décision mais la recherche de leur prochaine habitation constitue un autre problème pour la famille.

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter