Accueil » Actualités » Couple assassiné à Itaosy – Quatre incarcérations sur mobile flou
Actualités Faits divers

Couple assassiné à Itaosy – Quatre incarcérations sur mobile flou

Trois gardiens et une femme de ménage ont été incarcérés hier, pour le meurtre d’un couple à la retraite en fin de semaine. Le mystère de ce crime barbare est pourtant entier.

L’affaire portant sur le meurtre d’un couple de retraités, perpétré dans une villa à Sahalemaka Itaosy, dans la nuit de vendredi à samedi, a été conduite devant le Parquet du tribunal à Anosy, hier. Bien que neuf prévenus aient été présentés devant le Parquet, le mystère demeure, cependant, entier sur le mobile du meurtre. La thèse du vol est déjà écartée, du fait que les malfaiteurs n’ont rien dérobé dans la maison, théâtre du double homicide. les interrogatoires des personnes incriminées n’ont pas encore aidé la police criminelle, saisie de l’enquête, à faire la lumière sur le meurtre des deux septuagénaires. «Les investigations ne sont pas encore terminées. Nous y travaillons. L’affaire n’est pas près d’être clôturée », précise le commissaire Whenss Ostrom, chef de la brigade criminelle.
Parmi les neuf prévenus présentés devant le juge d’instruction hier, trois gardiens de la propriété, théâtre de ce double homicide, sont placés en détention préventive, à la maison de force de Tsiafahy. Une aide familiale, soupçonnée d’être de connivence avec eux, a été, quant à elle, placée sous mandat de dépôt, à la maison centrale d’Antanimora.

Fait curieux
Cinq autres individus,  soumis au feu roulant de questions par la police criminelle, ont, pour leur part, bénéficié d’une mise en liberté provisoire. Au total, une quinzaine de personnes ont été entendues pour ce double crime. Au final, seules neuf d’entre elles ont fait l’objet de poursuites.
Les deux septuagénaires, ont été battus à mort, à la tête et au visage. Après avoir vécu à l’étranger, ils sont revenus à Madagascar une fois retraités, pour s’installer dans leur domaine familial à Saha­lemaka Itaosy, où ils ont été tués. Des villas de proches du couple y sont également bâties. Quatre gardiens sont préposés à la surveillance des lieux.
La nuit du crime, ces derniers affirment n’avoir rien remarqué de suspect, bien que leur dépendance soit située à environ 5 mètres de la maison, où les victimes ont trouvé une mort atroce.
Le lendemain du meurtre, les gardiens ont, alors, informé des proches du couple de septuagénaires, résidant dans la même propriété, et qui n’étaient pas encore réveillés, alors qu’il était déjà 10 heures. Les corps inertes des victimes attendaient ces membres de la famille, lorsqu’ ils se sont dépêchés sur place. Alertés en fin de matinée, aux alentours de 11h 30, la police est venue pour faire le constat.
Les indices relevés sur les lieux du crime avaient de quoi la dérouter. À l’entrée, aucune trace d’effraction n’a été relevée sur une première porte en bois. En revanche, une deuxième porte vitrée, donnant directement accès dans le foyer, a été fracturée. Le corps sans vie du chef de famille, gisait dans le couloir. Celui de son épouse a été, par ailleurs, retrouvé sur un lit, dans leur chambre à coucher.
Les auteurs du meurtre n’ont pas touché aux objets de valeur se trouvant dans la maison. Après avoir ôté la vie de leurs victimes, ils ont décampé, laissant bijoux, téléphones portables et ordinateur. Aucun vol de numéraire n’est de surcroît vérifié.

Seth Andriamarohasina