Accueil » Régions » Énergie à Mahajanga – Réveil des candidats dans le noir
Régions

Énergie à Mahajanga – Réveil des candidats dans le noir

Il fallait s’y attendre  ! Les coupures d’électricité et le délestage tournant de la Jirama ont eu un impact sur les candidats à l’examen du CEPE hier mardi. Plusieurs quartiers ont été privés de courant dès 4 heures du matin, à l’heure où des candidats se réveillaient.

D’autres étaient levés dès 3 heures du matin, comme témoigne une mère. « Nous nous sommes levés dès 3 heures pour que ma fille puisse jeter quelques coups d’œil sur ses cours. Puis, elle a pris son bain et son petit-déjeuner. Une heure après, la maison est plongée dans le noir. Nous avons allumé une bougie. La veille au soir, pourtant, l’électricité n’était revenue que vers 22 heures », se plaint la mère de la petite Kaliana, habitant à Mahavoky-atsimo.

La plupart des quartiers, dont Mahajanga-b e , Tsaramandroso-ambony et ses alentours, subissent les aléas de cette coupure intempestive de l’électricité.

À la suite des plaidoyers faits auprès de la Jirama, par les responsables de la circonscription scolaire de Mahajanga I, la semaine dernière, les centres d’examen ont été en partie épargnés par les délestages. Mais cela n’a pas empêché aux responsables de cette société d’énergie de procéder aux coupures hier dès 4 heures du matin, dans toute la ville. C’est le ras-le-bol général à Mahajanga.

Dimanche, les habitants ont vécu le pire des cas de délestage. Par quatre fois, le courant a été coupé, dès 2 heures du matin, puis de 11 heures à 14 heures, ensuite vers 17 heures jusqu’à 21 heures et enfin, à l’aube vers 4 heures.

Lundi, la plus longue coupure a duré plus de sept heures à Mahavoky-atsimo, au Centre hospitalier universitaire Manarapenitra, au Village touristique, à Antsahabingo et Antsahavaky, bref un peu partout dans la ville. Et comble de malheur pour les usagers, les robinets ont été à sec. Car les pompes à eau fonctionnent à l’électricité et sont donc tombées en panne à partir de 11 heures jusqu’à 22 heures lundi.

Les maisons à étage sont les grandes victimes, la pression de l’eau est très faible et l’eau n’arrive que vers minuit. Les habitants en ont marre et vivent la pire situation de leur existence. Plusieurs activités en sont affectées.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter