Accueil » A la une » Androndra – Un jeune homme meurt poignardé
A la une Faits divers

Androndra – Un jeune homme meurt poignardé

La famille de Fanomezantsoa encore sous le choc.

Fanomezantsoa Léonard, 27 ans, a été tué au couteau, dimanche soir, non loin de chez lui, à Androndra. L’auteur du crime serait caché par sa famille.

CRIME odieux. Pour un mobile encore indéterminé, Fanomezantsoa Léonard Jean Fidelis, 27 ans, est mort poignardé, dimanche vers 20h30, dans un couloir menant chez lui, à Androndra.

Le quartier était plongé dans l’obscurité à cause du délestage à cette heure-là. Un voisin a en tendu un quidam crier : « Je t’ai eu maintenant. Je vais te tuer ». Pour lui, il n’y avait rien de surprenant car il voit souvent des jeunes qui se bagarrent dans le coin. Sauf que cette fois, c’était un meurtre. Après dix ou quinze minutes, des passants s’attroupaient autour du blessé, dont l’adversaire a pris la fuite.

« J’ai tourné la victime et l’ai reconnu tout de suite. Il était couvert de sang. Il portait six traces de coups de couteau, aux pieds, près de sa partie intime et dans le ventre », décrit un habitant du quartier. « Nous l’avons relevé et déposé dans une voiture pour être transporté à l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA) », poursuit-il.

Recelé

« Ce soir-là, nous ignorons où était Léonard passé. Il était encore là le matin, souhaitant une bonne fête à notre grand-père. Son assassin l’aurait suivi depuis quelque part. J’étais à la maison quand on m’a prévenue. Ensuite, je l’ai vu déjà dans la voiture, ensanglanté. Il respirait encore. J’ai prononcé son nom et il bougeait un peu. Il est décédé à l’hôpital », raconte Nomentsoa Sophie Marco Rakotonirina, l’unique sœur de Léonard.

Un riverain a identifié le meurtrier. Il l’a éclairé pendant qu’il frappait sa victime. Un garçon et ses camarades ont également été témoins oculaires de la scène.

Le criminel serait recelé par sa famille. Son short taché de sang aurait été saisi à son domicile. La brigade criminelle a arrêté son père. Elle l’a cherché chez sa femme, à Ampasika, mais il n’y était pas. « Elle nous a dit qu’ils n’étaient plus ensemble », indique une source policière.

« Ses acolytes ont mystérieusement disparu. On ignore s’ils s’étaient enfuis avec lui. Une information révèle qu’il aurait tué une autre personne samedi à Ampamantanana », renseigne le même interlocuteur.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter