Region

Investissements – Le projet Base Toliara se concrétise

Un essai mécanique du sol avec un excavateur s’est déroulé jeudi à Tsiafanoka, dans la commune rurale de Tsianisiha, Toliara II.

Des activités se tiennent dans les communes environnant le projet d’exploitation d’ilménite dans la région Sud-Ouest. Celui-ci prend l’allure d’un grand projet minier.

Du mouvement. Après vingt années d’attente et d’études préliminaires, le projet minier de Ranobe à Toliara II se matérialise enfin. Si auparavant, les investisseurs australiens intéressés par le développement de ce projet ne parlaient que de processus d’obtention de permis de recherche ou d’autorisations d’exploitation et autres résultats d’études nécessaires pour démarrer un projet d’exploitation d’ilménite, des activités palpables se mettent désormais en place.

La société Base Toliara, société de droit malgache, filiale de la société minière australienne Base Resources, a repris les opérations de recherche entreprises par Toliara Sands en janvier 2018, pour passer à la phase d’exploitation. « Malgré quelques réticences de certains individus que nous qualifions de minorité, l’exploitation du gisement de sables minéralisés de Ranobe avance à grands pas. Nous sommes un peu à la limite du calendrier établi, mais la phase de construction des routes et des usines est maintenue pour le début de

l’année prochaine », confirme Jean Bruno Ramahefarivo, directeur général de Base Toliara.
Un parc automobile digne des grands projets miniers, du personnel renfloué, de nouveaux matériels roulants pour les essais de forage ou d’études géophysiques du sol, aperçus sur place, confirment l’évolution du projet. Des sessions de formation de jeunes et de femmes, des projets d’amélioration de la sécurité alimentaire pour les cinq communes touchées par le projet et autres activités communautaires, sont bel et bien organisés, notamment à Belalanda, Tsianisiha et Ankilimalinike.

Sécurité
Le site de campement de la société Base Toliara à Tsiloha, près du gisement de Ranobe, a été vandalisé au mois d’avril. Les emplacements des échantillonnages de produits ont été détruits par « une minorité d’individus », comme le précise le directeur général. Trois châteaux d’eau d’une valeur de 400 millions d’ariary ont été saccagés, quelques jours après, malgré la mise en place d’un protocole d’accord de  « paix » entre la société, les autorités et les communautés locales.

« Un nouveau site de campement à Ranobe est à l’étude. Nous saluons l’engagement de l’État dans la sécurisation des investissements, car il nous aidé dans ces moments difficiles et il continue à nous soutenir», souligne Jean Bruno Ramahefarivo. Cinq cent soixante millions de dollars d’investissements sont prévus pour ce projet. « La part des investissements en capital fourni par les promoteurs et entrepreneurs malgaches est de 66% », ajoute-t-il. Le directeur régional des Mines et des ressources stratégiques pour la région Sud-ouest confirme que la société, jusqu’ici, respecte le cahier des charges sociales et environnementales.
« Base Toliara n’est pas encore à la phase d’exploitation proprement dite. Toutefois, le contrôle de chacune de ses activités doit toujours être conforme à ce qui est écrit » indique Primo Rakoto. Trente cinq millions de dollars de taxes directes, indirectes et induites et de redevances minières annuelles sont générés par ce projet.

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter