Accueil » Actualités » Propriété foncière – Les paysans rédigent un plaidoyer
Actualités Social

Propriété foncière – Les paysans rédigent un plaidoyer

Les paysans ont des difficultés à réaliser les procédures à suivre au niveau de la justice. Elles leur sont longues et difficiles à comprendre.

L’inscription à la propriété foncière coûteuse pour les agriculteurs. Le Bureau de coordination des actions sociales ou BUCAS Ecar Archidiocèse d’Antananarivo et tous les paysans partenaires organisent un « Festival des paysans » qui se tiendra ce jour à Antanimena. C’est un festival qui durera trois jours, dont le thème est « Tantsaha mpamelona ny firenena ».
Lors de l’ouverture de ce festival, les responsables et les groupes de paysans plancheront sur le thème « Les paysans et la propriété foncière». Ils adresseront un plaidoyer à l’État afin de jouir de leurs droits fonciers. « En général, les paysans ont beaucoup de problèmes liés à la propriété foncière. Le coût d’enregistrement de nom aux biens terrestres est très cher pour les agriculteurs. Le président de la République Hery Rajaonarimampianina a promis aux paysans que l’enregistrement foncier à leur intention serait gratuit. Or, les paysans ont encore dû payer. Ce problème nous incite à plaidoyer pour que les paysans jouissent de leurs droits », explique Sohary Razanamparany, une responsable au sein du BUCAS.

Longue procédure
Les six mois d’enregistrement foncier gratuit se termineront à la fin du mois du juin, mais beaucoup de paysans n’ont pas encore le droit de jouir de leur terre héritée. Il y a des blocages au niveau du tribunal foncier et au niveau du domaine, selon encore le responsable. « Les procédures d’enregistrement des biens hérités au nom des héritiers sont longues et difficiles à comprendre aux paysans qui sont analphabètes », ajoute-t-elle.
Lors du Festival des artisans, les responsables organisent différents évènements. La formation des paysans à la gestion et à l’économie des ménages ruraux est l’un des objectifs des organisateurs de ce festival. Le but est d’aider les agriculteurs à la gestion de leur vie familiale et à prendre conscience de leur contribution dans le développement économique du pays.

Fanomezana Rasolomahery