Accueil » Faits divers » Toliara – Un enfant kidnappé, ramené chez lui
Faits divers Régions

Toliara – Un enfant kidnappé, ramené chez lui

Aussitôt enlevé, aussitôt ramené. Mercredi matin vers 9h, un enfant de cinq ans, habitant le quartier de Concasseur à Toliara, a disparu alors qu’il jouait avec d’autres enfants non loin de la maison familiale. Après une heure de disparition, les membres de la famille commencent à paniquer. Ils se ruent à la police.

Quelques heures après, quelqu’un appelle le numéro de la mère de l’enfant disparu. « Normalement, c’est un numéro très personnel et inconnu de tout le monde, mais voilà qu’au bout du fil, un homme dit avoir enlevé l’enfant et demande une rançon de 20 millions d’ariary. » raconte Soany, un membre de la famille. Le kidnappeur au bout du fil a donné à la famille un délai jusqu’à hier, vendredi, à 13h pour réunir la somme demandée.

La mère de l’enfant tient un petit commerce de quartier dans cette localité située en pleine ville de Toliara. Le numéro a été alors remis à la police qui a pisté le propriétaire. La presse locale a relayé l’information dénonçant les faits de kidnapping dont le fokontany de Concasseur en est à son deuxième cas.

Soupçons

À la télé, la famille a fait appel à l’aide du couple présidentiel Rajoelina pour trouver le petit garçon. Mais un fait inattendu survient. Jeudi vers minuit, l’enfant a été ramené en douceur non loin de la maison, sain et sauf. Il est allé tout seul frapper à la porte de l’habitation. Personne n’a pu voir celui ou ceux qui l’ont ramené.

Il n’y a ni demande d’argent ni remise de rançon selon la police. En revanche, le propriétaire du numéro qui a appelé la mère de l’enfant, a été localisé et ramené au poste de police pour enquête. Jusqu’ici, les éventuelles motivations de cette demande de rançon de 20 millions d’ariary à la modeste famille ne sont pas claires.

Les voisins au fokontany de Concasseur parlent d’un différend familier qui aurait pu s’aggraver jusqu’au point de kidnapper un enfant. Mais pour l’heure, ce ne sont que des soupçons encore infondés.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter