A la une Politique

Remède au coronavirus – L’OMS se rallie au Covid-Organics

Le  Dr  Tedros  Adhanom  Ghebreyesus  a  remis  les  pendules de  l’OMS  à  l’heure  du  Tambavy.

Le ciel s’éclaircit sur les relations entre Madagascar et l’OMS. Le CVO est proposé pour être soumis aux essais cliniques dans le cadre du « Solidarity Trial ».

REVIREMENT. L’Organisa­tion mondiale de la santé (OMS), change de ton par rapport au Covid-Organics (Tambavy CVO).

Durant un entretien par visioconférence entre Andry Rajoelina, président de la République, et le docteur Tedros Adhanom Ghebre­yesus, directeur général de l’OMS, mercredi, il a été convenu que le remède « vita malagasy », sera proposé parmi les traitements soumis aux essais cliniques dans le cadre du « Solidarity Trial ».

À l’initiative de l’OMS, la « Solidarity Trial », est un programme d’essai clinique d’envergure internationale. Le but étant de trouver « le plus rapidement possible », un traitement efficace « pour ralentir la propagation ou soigner », le coronavirus. Cette proposition, convenue entre le chef de l’État et le numéro de l’OMS, indique que cette dernière porte un nouveau regard sur le Tambavy CVO.

L’entretien de mercredi, atténue, par ailleurs, les tensions entre la Grande île et l’Organisation mondiale de la Santé. Il y a encore quelques jours, Madagascar et l’OMS étaient à couteaux tirés. En cause, une sortie médiatique du docteur Matshidiso Moeti, directrice du bureau Afrique de l’Organisation, en début mai. Elle avait exhorté les autorités malgaches à « faire tester [son] produit lors d’essais cliniques [afin de] vérifier son efficacité (…) et sa sécurité sur la population ».

Sur France 24 et Radio France internationale (RFI), le 12 mai, Andry Rajoelina a répliqué au responsable du bureau Afrique de l’OMS en lançant, « rien ne nous empêchera d’avancer, ni un pays, ni une organisation ». La publication, sur le site de l’OMS, des résultats des tests du dépistage de la covid-19, du 6 mai, que l’État considère comme « erronés », a mis de l’huile sur le feu.

Acceptable

La proposition de l’OMS d’inscrire le Covid-Organics dans le programme « Solidarity Trial », semble avoir calmé définitivement les humeurs. La participation du professeur Ahmad Ahmad, ministre de la Santé publique, à l’Assemblée mondiale de la santé, le 18 et 19 mai, a déjà été un signe d’apaisement de l’orage dans les relations entre l’Organi­sation et Madagascar.

Depuis, la branche locale de l’OMS a repris les publications des faits marquants de ses actions, sur ses pages sur les réseaux sociaux.

Durant l’entretien de mercredi, le docteur Tedros Adhanom Ghebreyesus, a loué la réponse malgache à la pandémie du coronavirus. « Comparé à la situation dans d’autres pays, vous vous en sortez bien », affirme-t-il. Au sujet du Tambavy CVO, le boss de l’OMS propose une collaboration entre les scientifiques malgaches et ceux de l’unité médecine traditionnelle de l’Organisation. À l’entendre, l’OMS reste intransigeant sur le respect du protocole d’essais cliniques.

À propos du CVO donc, le directeur général de l’OMS a indiqué à Andry Rajoelina que l’unité de médecine traditionnelle « peut être impliquée et nous pouvons travailler avec vous pour affiner les protocoles et vous aider à réussir les essais cliniques ». Que l’Organisation peut « vous aider pour que cela soit aussi scientifique que possible et que lorsque les résultats sortiront, ils soient acceptables à l’échelle mondiale ».

Les arguments du boss de l’OMS semblent avoir convaincu le Président de la République. Outre le Covid-Organics, « l’association de deux médicaments injectables », à l’étude depuis « un mois », selon ses dires, est également, proposée pour les essais cliniques dans le cadre du « Solidarity Trial ».

La condition requise est la signature d’une clause de confidentialité sur la formule de ces traitements « made in Madagascar ».

4 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Rien de nouveau sur la position de l’OMS si ce n’est de confirmer par d’autres termes sa position de faire valider ou pas « cette potion » par un protocole scientifique mondialement reconnu……d’ailleurs, il est toujours attendu les preuves d’efficacité annoncées par les gouvernants locaux ..

  •  » MISE AU PAS  » c’est un encadrement qui ne dit pas son nom .La déclaration de la représentante de l’OMS à Madagascar ne fait l’ombre d’un doute sur la non-reconnaissance du covid organics pour son efficacité et son innocuité . Le plus choquant c’est d’avancer avec le label  » Curatif » auprès de nos malades et de certains pays Africains . L’OMS n’ a jamais varié de ses dogmes sur toute recherche de traitement ou vaccin contre le covid 19 . Cette instance mondiale de la politique de santé reste inflexible sur les essais cliniques et les tests avant la promotion d’une molécule quelconque issue de la Médecine traditionnelle ou pas .L’élection de notre ministre de la santé au comité exécutif de l’OMS exige des droits et des devoirs . Après la réunion de l’organisation elle se dresse toujours comme le « gendarme » de la gestion des crises sanitaires planétaires . La menace de retrait des Etats Unis et Donald TRUMP ne change pas la donne . L’OMS est encore plus confortée dans ses assises par le soutien des pays Européens . La presse pro-régime n’a pas à s’égosiller davantage pour une autre interprétation partisane et malhonnête de cet entretien avec notre président de la république . L’OMS « corrompue » (sic) des journaleux frustrés et aigris de la place et qu’on vilipende à bout de champ n’est pas allée par quatre chemins pour remettre les pendules à l’heure  » le CVO à ce jour n’est pas scientifiquement validé par la communauté sanitaire de référence et devrait être sous supervision avec le programme SOLIDARITY TRIAL  » . Une mauvaise nouvelle pour les initiateurs voulant probablement agir  » unilatéralement » pour les essais cliniques de l’Artémisia sous forme injectable .C’est une « humiliation » en quelque sorte pour les apprentis scientifiques locaux qui tablaient uniquement avec les observations cliniques de cette concoctions à base d’herbes . La signature d’une clause de confidentialité sur les substances actives en dehors de l’Artémisia dans le CVO n’enlève en rien sur la clairvoyance d’éminents chercheurs au Sénégal par exemple d’étudier les produits sans le savoir dans ce breuvage .
    Emmanuel Macron a insisté sur les vestiges de la Françafrique avec le Franc CFA . Maintenant les pays Africains de la CEDEAO ont franchi le pas pour créer l’ECO . La création de la future usine pharmaceutique dans notre pays est salutaire pour la réhabilitation de l’OFAFA et devrait s’inscrire sur une indépendance effective vis à vis de l’étranger pour la production de médicaments contre les maladies endémiques chez nous et non uniquement pour la promotion illusoire de l’Artémisia .

  • Essais cliniques, la pierre d’achoppement. Après la qualification curatif attribuée au cvo, la perspective de le présenter sous forme injectable ne pouvait l’en soustraire. S’ils s’avéraient concluants, il serait salutaire que la position de l’organisme face à l’Artemisia évolue parallèlement, pour ses effets contre le paludisme, extrêmement mortifère.

  • « Mise au pas » ! C’est un encadrement qui ne dit pas son nom . La déclaration de la représentante de l’OMS à Madagascar ne fait l’ombre d’un doute sur la non-reconnaissance du covid organics pour son efficacité et son innocuité . Le plus choquant c’est ce label non breveté de « curatif » auprès des malades et de certains pays Africains . L’OMS n’a jamais varié de ses dogmes sur toute recherche de traitement ou vaccin contre le covid 19 .Cette instance mondiale de la politique de santé reste inflexible sur la nécessité d’essais cliniques rigoureux avant la promotion d’une molécule quelconque issue de la Médecine traditionnelle ou pas . L’élection de notre ministre de la santé au comité exécutif sonne comme un appel à un retour à la légalité et à l’éthique exigeant aussi des droits et des devoirs .Après cette réunion l’OMS se dresse comme le « gendarme » de la gestion des crises sanitaires planétaires . La menace de retrait des Etats unis et Donald TRUMP est anecdotique ne changeant pas énormément la donne avec une Chine assez généreuse dans ses contributions . Elle est encore plus confortée dans ses assises avec le soutien des pays Européens . La presse pro-régime n’a pas à s’égosiller davantage pour une autre interprétation partisane de cet entretien avec notre président de la république . l’OMS « corrompue » de certains journaleux de la place avec les insultes à bout de champ , n’est pas allée par quatre chemins pour remettre les pendules à l’heure à savoir le CVO à ce jour n’est pas scientifiquement validé par la communauté sanitaire de référence et devrait être sous SUPERVISION avec le programme SOLIDARITY TRIAL . Une mauvaise nouvelle pour les initiateurs voulant agir « unilatéralement » avec les essais cliniques de l’Artémisia sous forme injectable . Une humiliation pour les apprentis scientifiques locaux qui tablaient uniquement avec les observations cliniques antérieures de cette concoction à base d’herbes . La signature d’une clause de confidentialité sur les substances actives en dehors de l’Artémisia à 62% dans ce breuvage n’enlève en rien de la clairvoyance de scientifiques Sénégalais à élucider les autres produits sans le savoir dans la composition.
    Le président Français Emmanuel Macron a fustigé les vestiges de la Françafrique avec le franc CFA . Les pays de l’Afrique de l’ouest avec la CEDEAO ont franchi le pas en créant l’ECO à la place rompant donc avec 50 ans de main mise des 50% des fruits des exportations de ces pays pour la banque de France .La construction de la future usine pharmaceutique est salutaire pour OFAFA bâtie avec les OE , OE … et marque certainement une indépendance vis à vis de l’étranger pour les médicaments contre les maladies endémiques à Madagascar . Et surtout pas uniquement pour le business de l’Artémisia !