Régions

Région Diana – L’Aïd-el-Fitr sous le signe du coronavirus

La fête de l'Aïd el-Fitr pourrait favoriser la transmission du coronavirus.

La fin du Ramadan s’approche et les musulmans de toutes tendances confondues, sont en train de préparer, vers la fin de cette semaine, la célébration de la fête de l’ Aïd-el-Fitr, premier « chawwal », dixième mois dans le calendrier hégirien qui marque la fin de la période de jeûne par une rupture festive. Aïd-el-Fitr représente par ailleurs une occasion de rassemblement des proches entre eux préparant ainsi des repas typiquement traditionnels.

Traditionnellement, cette journée sera l’occasion pour les fidèles musulmans de se rendre dans les mosquées ou dans un grand espace public pour prier, parés de leurs plus beaux habits.

Pour la capitale du Nord, les autorités régionales ont failli interdire tout rassemblement décrété dans un état d’urgence sanitaire, y compris la fête de l’ Aïdel-Fitr, rassemblant cinq cent à huit cent personnes chaque année au stade municipal, mais comme la commune urbaine leur a accordé une autorisation spéciale, la célébration s’y déroulera seulement de 05h à 09h du matin avec le respect des gestes barrières. lavage des mains.

« Ils ont demandé de faire La fête de l’Aïd el-Fitr pourrait favoriser la transmission du coronavirus les prières de cette célébration dans les rues, mais la municipalité a refusé. Exception­nellement, elle leur a accordés le stade avec le strict respect des règles sanitaires exigées durant cette période de célébration collective afin d’éviter la propagation de la pandémie covid-19 » a affirmé le maire Jean Luc Désiré Djaovojozara.

Casse-tête

De toutes les manières, il s’agit d’un véritable casse-tête pour les autorités locales, surtout pour le Centre de commandement Opéra­tionnel Régional Covid-19, en ce moment où le nombre des personnes contaminées ne cesse d’accroître. Certes, jusqu’ici la ville est encore saine, après la guérison d’un seul cas positif en mars dernier, mais la population a peur de la contagion suite à la migration clandestine, par voie terrestre et maritime, qui pourrait favoriser l’importation de coronavirus dans la région.

« Car on ne peut pas faire entrer tout le monde à la mosquée avec la distanciation sociale, il nous faut donc un endroit spacieux. Nous allons mettre en place une organisation stricte au stade comme l’ouverture des trois portails qui se trouvent au milieu, au sud et à l’Est près du Lycée mixte afin d’éviter le contact entre les gens à la sortie . Nous exigeons également le port de cache-bouche à l’entrée sans minimiser le lavage obligatoire des mains » a indiqué Dr Issa Abdou Houssen, président de la congrégation musulmane de la ville.

Dans la région DIANA qui compte une importante communauté musulmane, les fidèles ne sont pas à l’unisson quant à l’organisation de cette fête.