A la une Politique

Îles Éparses – Les députés s’en remettent aux instances africaines

Les  députés  ont  arboré  leur  écharpe  aux  couleurs  nationales.

L’Assemblée nationale s’invite dans le bras de fer sur les îles éparses. Elle appelle aux bons offices de la SADC et l’Union africaine.

Un message d’appuis au gouvernement. Tel est l’objet de la sortie médiatique de l’Assemblée nationale, mercredi, au Centre de conférence internationale (CCI), Ivato, selon un communiqué de presse lu par Christine Razanamahasoa, présidente de cette institution. Une déclaration de soutien donc, dans le cadre du bras de fer diplomatique pour la restitution des îles éparses.

Le texte lu par la présidente de la Chambre basse sollicite dans cette bataille diplomatique, par ailleurs, « les bons offices des organisations régionales telles que la SADC [Communauté de développement de l’Afrique australe] et l’Union africaine ». Cet appel aux entités africaines est expliqué par le fait qu’il s’agit ici, « d’un cas de décolonisation encore inachevée d’une partie de notre continent ».

Dans le dossier îles éparses, la contre-offensive diplomatique a été déclenchée par le ministère des Affaires étrangères, lundi. Il s’agit d’une contre-attaque au projet de la France de faire de l’archipel des Glorieuses, une réserve naturelle nationale. Le sujet a amené Djacoba Tehindrazanarivelo, ministre des Affaires étrangères, à convoquer Christophe Bouchard, ambassadeur Français. S’en est suivie, une déclaration cinglante.

Principe de réciprocité

« L’opposition ferme de l’Etat malgache au projet du gouvernement de la République française », a été affirmé par le Chef de la diplomatie lors de la convocation du diplomate français. Une initiative considérée comme « un acte de défiance envers Madagascar ». Dans leur déclaration de mercredi, les députés renchérissent en soutenant qu’ils « trouvent inopportunes et provocatrices », les intentions de la France. Pour sa déclaration, l’Assemblée nationale a soigné le décor.

À part le groupe parlementaire « Tiako i Mada­gasikara » (TIM), qui s’est abstenu d’y participer, les députés ont arboré leur écharpe aux couleurs nationales. L’un d’entre eux a même paré du drapeau national. Réagissant à la contre-offensive diplomatique malgache, en marge d’une réunion du bureau permanent, mardi, Christine Razanamahasoa a parlé du principe de réciprocité. Une disposition légale française intègre les îles éparses au sein des Terres australes et an tarc tiques françaises (TAAF).

Après la déclaration de mercredi, la présidente de la Chambre basse a été questionnée si le Parlement malgache pourrait prendre l’initiative d’une loi affirmant la souveraineté de Madagascar sur les îles éparses. Ceci en vertu du principe de réciprocité. « L’Assemblée nationale est une institution de représentation. Nous portons la voix des Malgaches. (…) Rien ne nous empêche donc, de prendre pareille décision sur ces îles », réplique-t-elle, en ajoutant, « nous sommes toutefois, encore dans une phase de négociation. Cela nécessite, toutefois, un respect mutuel ».

6 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • pourquoi aussi ne pas faire rentrer dans la danse des pays autres
    Russie, Turquie, Inde, Maurice ….
    allons un peu de « culot »

      • Daniel

        pourquoi pas !
        toutes les nations qui ont intérêt à nous appuyer sont les bienvenues
        la Chine et les USA sont sur un échiquier en Afrique
        et à Madagascar aussi, avec d’autres nations qui aussi intérêts à nous « aimer »
        le contrat signé avec certains chinois par l’ex PRM et ses sbires ne réflète ni la volonté malgasy ni la volonté chinoise qui n’est pas systémiquement expansioniste contrairement à la vision américaine qui déploie une Ambassade titanesque chez nous, des peace corps et autres agents de renseignement économiques etc..

        le monde entier pille ce qu’il peut

        tant que l’unification mondiale n’est pas faite, et les ressources de toutes nations ( à conserver bien sûr pour leurs spécificités et richesses humaines et culturelles ) pas mises dans le pot commun de l’humanité , il y aura des pillages

        des économies de crise de guerre et de « catastrophes sanitaires » pour mieux nous esclavagiser

        nous nous avons le chic de nous laisser piller par notre propre entourage …

        bien à vous

  • METY IZAO FILAZANA NY MARINA NITRANGA TAO @ ANTENIMIERA IZAO. TSY NAFENINA NY ZAVA-NISEHO FA HITA TOKOA NY ANTOKO MATAHO-BAZAHA! EFA FANTATRA T@ FIODINANA FAHAROA T@ FIFIDIANANA HO FILOHA NY HEVITRY NY LEHIBENY RAHA NAMETRAHAN’NY MPANAO GAZETIN’NY TVM FANONTANIANA IZY KA DIA SADAIKATRA ARY DIA NILAZA AVY EO IZY HOE TSY FOTOANANY IZAO; FA RAJOELINA KOSA DIA TSY NIAMBAHAMBA NAMALY FA TSY MAINTSY TAKIANA NY FAMERENANA IREO NOSY IREO @ MADAGASIKARA!!!
    MIBARIBARY TSARA IZAO IZA NO MPIVAROTRA TANIN-DRAZANA IZAY EFA NOKASAINY ATOMBOKA T@ DAEWOO FA TSY RAIKITRA!!!

  • DEPUIS 1979 L’ONU A DECRETE …………..LES AFRICAINS NE SONT PAS CONCERNES AU RISQUE DE METTRE A DOS L’ONU ………………….SOLUTION MILITAIRE ? POURQUOI PAS ? IL FAUT MULTIPLIER LES SOLUTIONS . LA PRESSE DISPOSE DE TOUS LES MOYENS POUR DEFENDRE NOTRE SOUVERAINETE
    BONNE REFLEXION