A la une Magazine Santé

Bilan – Soixante-dix-neuf contaminés découverts en deux jours

Des prélèvements sont effectués à Tanà et à Toamasina.

Les deux villes qui se préparent au pire que sont Moramanga et Toamasina comptent soixante-seize nouveaux malades de la covid-19 sur les soixante-dix-neuf déclarés hier et mercredi.

Au rouge. C’est le cas de Moramanga et Toamasina, deux localités frappées par le froid hivernal et les contaminations au coronavirus sont parties des sites d’Ambatovy qui y sont implantés. Soixante seize nouveaux malades sont totalisés dans l’ensemble de ces deux villes et dans la capitale, trois nouveaux porteurs de la Covid-19 sont détectés mercredi. Un cas grave à Toamasina a été signalé hier. Dans sa réaction immédiate face à cette hausse exponentielle des contaminations, le coordinateur général du centre de commandement opérationnel de la lutte contre la Covid-19, le général Elack, parle sans équivoque d’une « situation délicate obligeant la ville de Toamasina et toute la région Atsinanana à se préparer au pire ». A Toamasina, malgré l’isolement des malades asymptomatiques au niveau d’un foyer distinct en dehors du centre hospitalier, celui-ci est en passe d’être bombé. « Il a été envisagé de préparer soixante lits pour les malades du coronavirus or cette capacité d’accueil a déjà été dépassé en raison de la multiplication continue des cas positifs de Covid-19 signalés », indique une source de bonne foi. A Moramanga, localité dans la région Alaotra-Mangoro qui vient d’être qualifiée de zone rouge en raison du coronavirus, les résultats des prélèvements analysés mercredi rapportent la découverte de dix cas positifs. Dans cette ville comme à Toamasina, la porte-parole du centre de commandement opérationnel de la lutte contre la covid-19, la Pr Hanta Marie Danielle Vololontiana a évoqué « le lien entre l’existence des sites d’Ambatovy et la propagation rapide du coronavirus ». Douze cas de guérison sont par ailleurs signalés mercredi, portant le nombre de guéris à cent trente-et-un.

Nouvelles contaminations

« Une intervention des forces de l’ordre est prévue pour évacuer les collaborateurs, nationaux ou étrangers, bloqués au niveau des sites d’Ambatovy » alerte le général Elack. Jusqu’à hier, des individus partis des sites de cette société extractive sont en déplacement vers le sud-ouest du pays. Des fuites de personnes ont déjà eu lieu dès l’annonce de la mise en quarantaine des employés de cette société au niveau même des sites où ils travaillent. « Une hausse de la contamination est certes remarquée mais l’apaisement est nécessaire pour tous dans l’observation des mesures imposées à l’instar du port obligatoire du masque partout », tempère la Pr Hanta Marie Danielle Vololontiana. L’Institut Pasteur de Madagascar tient toujours un rôle primordial dans l’analyse des prélèvements sur les cas suspects. Dans son rapport de mercredi, la Pr Hanta Marie Danielle Vololontiana a fait état de « trente deux cas positifs détectés à l’issue des prélèvements analysés à l’Institut Pasteur de Madagascar dont trois cas positifs découverts chez des résidents de la capitale, vingt-huit cas positifs rapportés sur les prélèvements en provenance de Toamasina et un cas détecté par le laboratoire mobile sur place ». Ce même jour, le centre d’infectiologie Charles Mérieux a dénombré treize cas positifs. Pour le cas des statistiques publiées ’hier, le laboratoire mobile de l’Institut Pasteur a détecté la veille, sept nouveaux cas positifs à Toamasina sur vingt-cinq prélèvements analysés. Dans la capitale, des prélèvements en provenance de Toamasina et Moramanga ont été étudiés et ont permis d’y découvrir respectivement vingt-sept et dix malades.