A la une Faits divers

Evasion à Ejeda – Deux criminels se font la belle

Les deux détenus de Tsiafahy coulaient des jours paisibles à Ejeda avant leur évasion selon les témoignages.

Transférés de Tsiafahy à Ejeda Ampanihy, deux détenus condamnés à perpétuité se sont évadés. Une forte suspicion de corruption délie les langues.

Une évasion qui devrait faire tomber des têtes. Après avoir écopé des peines de travaux forcés à perpétuité pour le meurtre d’une étudiante à Toliara en 2017, les détenus Alain Zaheraly Rostand et Eric Mario ont réussi à se faire la belle dans la soirée de vendredi, dans des circonstances hilarantes qui ne peuvent que laisser pantois.
Condamnés à purger la peine prononcée à la maison de force de Tsiafahy, les deux criminels confirmés sur verdict du tribunal ont par des moyens qui laissent rêveur, réussi le tour de force de se faire transférer dans une vielle maison d’arrêt presque infonctionnelle, figée dans un état de quasi état de délabrement, où les hautes murailles censées dissuader toute évasion sont faites d’amas de terre, fragilisés avec le temps. Au bout de trois mois de réclusion dans l’établissement de haute sécurité de Tsiafahy où le niveau de surveillance est au maximum, les deux hommes ont retrouvé la maison d’arrêt de Vohitany Gogogogo à Ejeda, dans le district d’Ampanihy. L’établissement pénitentiaire en question se trouve de surcroît à quelques kilomètres de la localité dont ils sont originaires.

Touristes
« Le vide saisit l’établissement pénitentiaire de Vohitany. Seuls deux fonctionnaires de l’administration en assurent le fonctionnement. Et pire encore, les détenus sont installés dans des habitations en retrait de la prison. Ils louent les maisons en question et se fondent parmi la population », fulmine une source auprès des
autorités locales.
« C’est vraiment le monde à l’envers. Il est impensable que des détenus réputés dangereux y soient transférés lorsque l’on sait que même les suspects arrêtés par la police et la gendarmerie dans les districts environnants à l’instar de Betioky-Sud, Ampanihy-Sud, Benenitra… puis mis en détention préventive après passage au parquet, sont incarcérés soit dans la maison centrale d’Ampanihy, soit dans celle de Toliara, mais jamais à Vohitany Ejeda. Aucun prévenu n’y a été placé depuis des lustres », explique pour sa part une source auprès de la police judiciaire dans la région Atsimo Andrefana.
Informés de l’invraisemblable transfert d’ Alain Zaheraly Rostand et de Eric Mario de la forteresse carcérale de Tsiafahy vers le pénitencier de Vohitany Ejeda, les proches de l’étudiante assassinée s’en étaient remis à la Justice. Une forte suspicion de versement de pot-de- vin a été mise sur le tapis. Après avoir attendu raison, face à ces faits dépassant l’entendement, le ministère de la justice a décidé que les deux détenus soient ramenés à Tsiafahy.
Vendredi, vers 15 heures, une délégation conduite par le directeur de l’administration pénitentiaire de la région Atsimo Andrefana s’est dépêchée sur place pour exécuter la décision. Informés qu’ils allaient être reconduits à Tsiafahy, les deux criminels ayant de plus en plus pris goût à un séjour carcéral paisible près de leurs familles, sous le climat ensoleillé d’Ejeda se sont fait la belle dans la nuit, vers 22 heures. Et bien sûr, les agents pénitentiaires censés les tenir à l’œil n’y ont vu que du feu.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Et voilà le problème dans ce pays ! Si tu a de l’argent tu peux faire tout même s’évader de la prison en payant les gardes! Mais je crois bien que celui-ci n’ira pas si loin et que des recherches approfondie soit faite puisque’ actuel au gouverne de Notre PR Andry tout le monde sont égaux et non à la corruption