Accueil » Economie » Infrastructure – Le pont de Manambaro encore dans l’eau
Economie

Infrastructure – Le pont de Manambaro encore dans l’eau

Les  travaux  de  mise  en  place  d’une  nouvelle déviation  avancent  à  grands  pas.

Le pont s’est effondré le 3 janvier dernier suite au passage d’un camion transportant du mica. L’infrastructure métallique est plongée dans l’eau depuis trois mois et demi. Les travaux pour la mise en place d’un nouveau pont devront attendre la réfection de la RN13s reliant Ambovombe à Taolagnaro, comme l’a signifié le ministère de l’Aménagement du territoire et des travaux publics lors d’une descente à Taolagnaro, il y a un mois, où une nouvelle déviation était en étude.

Celle utilisée actuellement, dite « route Bovima » est longue de 8 km 300 au départ du pont effondré. Une nouvelle déviation est actuellement en travaux, et le détour ne sera que de 200m en partant de la route nationale. La nouvelle déviation devra passer par l’eau du pont qui sera remblayée en partie mais qui renfermera des buses pour faire passer l’eau.

« L’effondrement du pont a entraîné des perturbations dans l’acheminement des vivres et le prix des PPN dans la région Androy. Lors des précédentes pluies, les camions avaient du mal à contourner les 8km300 et nombreux se sont enfoncés dans la boue. Nous avons alors pris le relais pour le transport des marchandises » raconte un chauffeur de taxi-brousse.

Les frais pour le trajet d’ Ambovombe à Taolagnaro étaient de 15000 ariary avant la Covid-19 de 2020, ramenés à 10 000 ariary et revenus à 15 000 ariary actuellement. Le chauffeur avance une explication simple, la route nationale 13s est en délabrement. Le trajet se fait actuellement en six heures quand il en fallait quatre auparavant.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter