Accueil » Culture » Confinement – La scène culturelle passe sous silence
Culture

Confinement – La scène culturelle passe sous silence

Antsahamanitra  rempli,  la  patience  est  de  mise  pour investir  les  scènes.

Frappé par les nouvelles mesures, le monde culturel se confine. Avec les weekends en confinement total, les remises en question foisonnent.

«Culture confinée !», les acteurs du secteur culturel, artistique et événementiel traversent le désert. Face à un gouffre financier continu, des projets avortés ou reportés, l’impact de la Covid-19 sur l’économie créative est sévère. Dans la tourmente, la scène culturelle dans sa globalité souffre plus que jamais de cette quasi-inexistence du marché. Si ces derniers mois, la scène était animée, force est de constater que la patience des artistes et autres acteurs culturels sera à nouveau mise à l’épreuve. À part l’interdiction des rassemblements populaires de plus de deux cent personnes imposée par les autorités, le confinement total en week-end est maintenant effectif. Un mal pour un bien pour certains, des pertes pour d’autres.

Tahiry Ratsimba, l’un des responsables au sein de la Teinturerie Ampasanimalo confie « C’est difficile, on ne va pas se le cacher, mais autant privilégier notre santé à tous que de se mettre en danger. Il n’y a pas grand-chose à faire de plus pour le moment. Nous avions par exemple eu un concert de prévu en fin de semaine que l’on a préféré reporter. Cela n’empêche quand même que l’on reste optimiste et qu’on prévoit encore d’autres projets pour les mois à venir. »

Impacts importants

Un optimisme qui commence à faire défaut pour beaucoup, allant même jusqu’à se questionner sur leur avenir. Le choix entre reconversion et persévérer dans la création et la vie d’artiste ou d’acteur culturel s’impose de jour en jour. Les impacts de ce confinement total les weekends sont assez importants, vu que c’est essentiellement en cette période que cabarets, show-case ou spectacles en tout genre fédèrent le plus le public.

Pour les institutions culturelles comme l’Institut français de Madagascar (IFM) , les alternatives se multiplient. Il a ainsi opté pour l’annulation intégrale de toutes ses manifestations culturelles pour le reste du mois d’avril jusqu’à nouvel ordre, mais maintient autrement les activités de sa médiathèque. L’IFM Analakely convie ses membres à rentrer en contact avec les responsables, puis à passer une commande précise au regard des documents disponibles dans le catalogue en ligne de la médiathèque.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter