BASKETBALL - 3X3 - Deux Ankoay filles racontent leur journée


À 44 jours du début du tournoi qualificatif pour le mondial qui aura lieu dans la ville d’Eilat, Israël le 6 et le 7 mai prochain, les sociétaires de l’équipe nationale dame Ankoay 3x3 continuent leur entrainement trois fois par semaine, mardi et jeudi au petit palais du palais des sports de Mahamasina et le samedi en dehors d’Antanana­rivo pour les courses d’endu­rance. Prisca Razananirina, coach de l’équipe nationale féminine Ankoay 3x3 a résumé en quelques phrases les entrainements de ses protégées. Elle a expliqué que « l’entrainement dure deux heures par séance. La première partie se base sur le technico-tactique, le drible, le un contre un, le tir, la défense et l’attaque. Un temps de 45 minutes sert à faire une partie de match 3x3 entre joueurs (U19 garçons) et joueuses. Nous mettons l’accent sur le tir extérieur vu la taille de nos joueuses ». Et Prisca Razananirina de continuer: « Les filles sont fin prêtes, les phases 1 du championnat N1A dames du 15-23 avril à Antsirabe apporteront plus d’expérience pour nos filles. Nous fixons comme objectif de gagner l’une des trois places pour la coupe. Après la phase 1 NIA dames, nous aurons encore plus de 20 jours pour affuter nos armes ». Vie privée Pour les matches de qualification en Israël, six pays (Madagascar, Australie, République Tchèque, Israël, Colombie, Suisse) s’affronteront pour rechercher les trois places restantes pour la coupe du monde et Madagascar hérite de la poule A avec l’Australie et la République Tchèque. Coté détermination, les joueuses de l’équipe nationale malgache sont prêtes et feront tous les nécessaires pour décrocher l’une des trois places restantes. Deux des sociétaires de l’équipe nationale Ankoay de 3x3 dames racontent leur journée d’entrainement. Elles sont unanimes: l’entrainement est dur, physique mais elles sont prêtes à endurer pour atteindre l’objectif, celui de jouer la première coupe du monde en Autriche avec leurs homologues masculins. Harisoa Muriel Hajanirina a expliqué: « mon emploi du temps est très chargé car en dehors du basketball en équipe nationale, il faut s’entrainer aussi avec mon club qui est en préparation du championnat national N1A dames. Tous les sociétaires de l’équipe nationale féminine ont chacun leur occupation personnelle, étude, travail mais nous arrivons à établir un calendrier commun pour les entrainements ». Et Harisoa Muriel de continuer: « coté vie privée, j’ai un enfant; heureusement que ma mère est là en mon absence. Mon copain est aussi un sportif et on se comprend et s’entraide mutuellement pour ma réussite sportive ». Quant à Jaofera Minao­harisoa Christiane, elle avance que « l’entrainement est très dur mais il faut s’investir à plus de cent pour cent et donner le maximum possible sans se retenir. Nous, toutes les quatre croyons en nos chances pour aller en Autriche pour la coupe du monde ».  
Plus récente Plus ancienne