Accueil » A la une » Variant Sud-Africain – Mahajanga et Nosy Be fermés au monde
A la une Social

Variant Sud-Africain – Mahajanga et Nosy Be fermés au monde

Le traitement de la suspicion de Covid-19 ne doit pas attendre le résultat du test de dépistage.

Un nouveau variant du coronavirus circule à Madagascar. Ce virus est plus sévère et se propage plus rapidement.

Il faudra renforcer la vigilance contre le coronavirus. Le variant sud-africain est présent à Madagascar. « Nous avons envoyé dix-huit prélèvements, à l’Institut Pasteur de Paris, le 11 mars. Sept sur ces dix huit prélèvements sont du variant sud-africain », affirme le président de la République, Andry Rajoelina, lors de l’émis­sion spéciale sur l’épidémie de coronavirus, diffusée sur les chaînes natio­nales, le 20 mars.

Ce virus serait entré à Mahajanga. Des personnes en provenance de Comores, où ce virus sévit, et qui auraient débarqué clandestinement à Mahajanga, auraient apporté cette souche sur l’île. D’où, la hausse des cas et des décès liés au coronavirus, dans cette ville de fleur. Ce variant sud-africain du virus est plus sévère et plus contagieux que le virus classique qui a frappé Madagascar, depuis 2020. «

Ses victimes meurent rapidement », affirme le chef d’État, après avoir cité les décès d’un jeune steward, qui a assuré des vols reliant Nosy Be et Antananarivo, un pasteur et un professeur d’université à Mahajanga. « Les personnes atteintes du variant sud-africain de la Covid-19 développent rapidement la forme grave de la maladie, notamment, les personnes qui ont des comorbidités, comme le diabète ou l’hypertension et les personnes âgées », indique un médecin à Mahajanga, où ce virus circule.

Les symptômes du nouveau variant du virus sont plus sévères que le virus classique : maux de tête d’intensité sévère, des douleurs lombaires, des diarrhées, anorexie. « La maladie éreinte totalement le patient », précise un médecin à Maha­janga. Le traitement ne doit pas attendre le résultat des tests, selon les instructions du chef d’État.

Scanner gratuit

« Dès l’apparition des symptômes, comme la hausse de la température, les toux, la diarrhée, il ne faut pas hésiter à aller dans les centres de santé. Les traitements comme le Covidorganics plus (CVO+), l’Azithro­mycine, y sont distribués, gratuitement. Cela, afin de couper la chaîne de transmission de la maladie », souligne-t-il. Il a, également, annoncé la gratuité du scanner, pour les patients qui présentent les formes graves de la maladie.

Pour l’heure, aucun vaccin ne protège contre le variant sud-africain du coronavirus. Les seuls moyens et les plus efficaces pour lutter contre ce virus sont le respect des gestes barrières: port de masque, distanciation physique de un mètre, lavage des mains avec du savon.

Malgré la circulation de ce variant très contagieux à Madagascar, le chef d’État n’a pas annoncé un confinement, pour préserver, notamment, l’économie qui est déjà à bout de souffle. Mais cette décision n’est pas définitive. Si les gestes barrières ne sont pas respectés, la maladie se propagera.

Ce qui pourra pousser le chef d’État à déclarer un reconfinement

Mahajanga et Nosy Be seront isolés

Toute entrée et toute sortie à Mahajanga et à Nosy Be seront interdites pendant une quinzaine de jours. Ces deux villes seront totalement isolées, durant cette période. Le chef d’Etat, Andry Rajoelina, a annoncé, samedi, la fermeture de leurs frontières, suite à la circulation de la souche sud-africaine de coronavirus, dans la ville des fleurs et l’île au parfum. Les derniers voyages terrestres autorisés pour entrer ou pour sortir de ces villes se tiendront, ce jour. Même instruction pour les vols domestiques.

« À partir du 23 mars, ni les véhicules particuliers, ni les véhicules de transport en commun ne pourront ni entrer ni sortir de Mahajanga et de Nosy Be. Cette mesure s’applique, également, pour les transports aériens. La compagnie Tsaradia va assurer des vols reliant Antananarivo-Nosy Be et vice-versa, ce jour, et ces vols seront suspendus, à compter du 23 mars», détaille Dina Hariniry Rakotomalala, directeur général des Transports auprès du ministère des Transports, du tourisme et de la météorologie, sur la chaîne de télévision nationale, hier. Quant au vol international, le dernier vol, avant la fermeture temporaire des frontières de Nosy Be, débarquera à l’aéroport de Nosy Be Fascène, le 27 mars. Le transport de marchandises n’est pas concerné par ce nouveau dispositif, précise le ministère des Transports, du tourisme et de la météorologie.

L’État veut, à tout prix, couper la chaîne de transmission du variant sud-africain du virus, en isolant ces villes. Mais qui sait si le virus circule déjà dans d’autres villes comme à Ambanja, Ambilobe, à Antananarivo, à Diana où le nombre de porteurs du virus hausse progressivement, en même temps que les formes graves ?

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter