A la une Politique

Kidnapping à Tsaratanana – Un candidat député exécuté

Les histoires de kidnapping secouent Tsaratanana depuis quelques mois.

Les sales jeux des ravisseurs ont coûté la vie à un otage à Tsaratanàna. Les négociations sur la libération de l’homme enlevé le 10 mars, virent au pire.

Le processus électoral aux législatives a mal commencé. À peine deux jours après la proclamation de la liste définitive des prétendants retenus aux élections du 27 mai, un candidat autorisé à participer à la course vers Tsimbazaza est déclaré mort à Tsaratanàna. « Le corps de Haingotiana Bonzon Rakotozafy a été retrouvé par les éléments des forces de l’ordre et le Fokonolona à Andakana, dans la Commune rurale de Betrandraka, hier vers 15 heures 30 minutes. La dépouille était en état de décomposition. Mais après le constat, leur proche a confirmé qu’il s’agit bien de l’homme enlevé par la bande des malfaiteurs dans la nuit de 10 mars à Bekapaika », précise le Commandant Heri­lalatiana Andrianari­saona, chef de service de Communication de la gendarmerie.

Toujours selon les renseignements émanant de la gendarmerie, la famille a fait une transaction avec les ravisseurs au lendemain de l’enlèvement. Une partie de la rançon a déjà été versée en échange de la libération de l’otage. « Durant la dernière conversation téléphonique, samedi, les malfaiteurs ont fait savoir à la famille qu’ils ont exécuté Haingotiana Bonzon Rakotozafy la veille, c’est-à-dire le vendredi, alors que les deux parties se sont mises d’accord sur sa libération une fois le reste de la contrepartie convenue réglée ». Informé, le Fokonolona et les gendarmes se sont déplacés sur le lieu indiqué par les ravisseurs pour y faire le constat.

En difficulté
La victime tombée entre les griffes des malfaiteurs à Tsaratanàna est un candidat soutenu par « Isika rehetra hiaraka amin’i Andry Rajoelina ». Il figure dans la liste de six concurrents en lice pour cette plateforme dans toutes les circonscriptions électorales.

Toutes les vingt-deux régions sont représentées par les concurrents sous l’étendard du Président en exercice. Malheureusement, il n’en reste que cent cinq, dont quatre vingt dix-neuf sont des hommes et dix-sept des femmes. La plateforme envisage de décrocher le maximum de sièges à Tsimbazaza. « L’obention de la majorité à la Chambre basse est garantie vue la couverture de tous les districts », rassure Hery Rasoamaromaka, secrétaire national du Tanora Gasy Vonona (TGV).

Toutefois, un autre candidat inscrit sous la couleur pro-régime est en état de difficulté, notamment celui qui brigue le siège dans le district de Fandriana, région Amoron’i Mania.

Un candidat qui est épinglé dans une affaire pénale au sein du Pôle anti-corruption. Pour l’instant, sa candidature n’est pas remise en cause. « Pour celui qui a un problème avec la Justice, seule la décision définitive du tribunal pourrait déterminer son cas aux législatives. Il est toujours candidat jusqu’à preuve de contraire. Son nom sera affiché dans le bulletin unique », explique Fano­mezantsoa Rakotonirina, Commissaire électorale auprès de la CENI.

Après la publication de la liste des prétendants retenus officiellement, la CENI procédera au tirage au sort du numéro d’ordre dans le bulletin unique ce jour.

 

2 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter